Lutte contre les «Fake news» : Macron annonce une loi pour renforcer le contrôle sur Internet en « période électorale »

Lutte contre les «Fake news» : Macron annonce une loi pour renforcer le contrôle sur Internet en « période électorale »

Emmanuel Macron a annoncé mercredi qu’un « texte de loi » allait être déposé « prochainement » pour lutter contre les « fake news » sur Internet en « période électorale », dans une allusion voilée aux médias russes RT et Sputnik.

Lors de ses vœux à la presse, le président a annoncé vouloir lutter contre la propagation de la désinformation sur les réseaux sociaux en période électorale.

La campagne électorale américaine a laissé des traces. Durant ses vœux à la presse, Emmanuel Macron a annoncé un futur projet de loi visant à combattre la propagation des «fake news» (articles de désinformation) sur Internet. «J’ai décidé que nous allions faire évoluer notre dispositif juridique pour protéger la vie démocratique de ces fausses nouvelles» en «période électorale», explique le président de la République. Emmanuel Macron pointe du doigt les réseaux sociaux. «Propager une fausse nouvelle [n’y] requiert que quelques dizaines de milliers d’euros et peut se faire dans l’anonymat complet», dénonce-t-il. «Les plateformes se verront imposer des obligations de transparence accrue sur tous les contenus sponsorisés afin de rendre publiques l’identité des annonceurs et de ceux qui les contrôlent mais aussi de limiter les montants consacrés à ces contenus.»

L’ombre de la Russie

Emmanuel Macron a en tête l’exemple américain. Durant la campagne électorale de 2016, des milliers de publicités sur Facebook ont été achetées par de faux comptes russes, qui en ont profité pour diffuser des messages sur des sujets sensibles, comme l’immigration ou les violences policières, afin de polariser l’électorat américain. En payant à chaque fois quelques centaines de dollars à Facebook, ces contenus, publiés sur des comptes en anglais, ont été poussés sur les fils d’information de nombreux Américains en fonction de leur profil sociologique ou de leurs opinions politiques. «Les esprits les plus brillants de la Silicon Valley ont été dupés par la Russie, qui a pu transformer ces plateformes en armes pour fragiliser notre démocratie», a dénoncé l’élue démocrate Jackie Speier.

Le président français annonce qu’avec la nouvelle loi, «en cas de propagation d’une fausse nouvelle, il sera possible de saisir le juge au travers d’une nouvelle action en référé qui permettra, le cas échéant, de supprimer le contenu mis en cause, de déréférencer le site, de fermer le compte utilisateur, voire de bloquer l’accès au site Internet.» Il souhaite par ailleurs renforcer les pouvoirs du CSA pour «lutter contre toute tentative de déstabilisation par les services contrôlés ou influencés par des États étrangers», ce qui pourra passer par «la suspension ou l’annulation» de leurs conventions avec le régulateur. Un message à peine voilé à l’encontre de la chaîne russe RT France, lancée fin 2017 chez les opérateurs télécoms et sur Internet.

Lutter contre les fake news implique de définir ce qui entre dans le champ de la désinformation, de la propagande politique, ou de la simple liberté d’expression. Le chef de l’État propose donc aux médias d’entamer une «réflexion» déontologique sur le sujet. «La démarche de Reporters sans frontières d’inventer une sorte de certification des organes de presse respectant la déontologie du métier me paraît intéressante et souhaitée», souligne Emmanuel Macron.

Le président a par ailleurs confirmé que le projet de loi autour de l’audiovisuel public sera présenté en Conseil des ministres avant la fin de l’année 2018. D’ici mars, «des propositions chiffrées et structurées, construisant un scénario de transformation à mettre en œuvre seront rendues par la mission sur laquelle s’appuie la ministre de la Culture», a-t-il précisé.

Le Figaro / Europe 1 / Fdesouche

Ce site internet utilise des cookies. En savoir plus.