Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Le critère n°1 des millenials pour leurs vacances: un lieu instagrammable

Le critère n°1 des millenials pour leurs vacances: un lieu instagrammable

Un grand nombre de 18-34 ans attend avant tout que son lieu de vacances soit photogénique. Les déceptions sont nombreuses et certains endroits célèbres en prennent particulièrement pour leur grade.

Le site de voyage Expedia a mené une étude sur les habitudes de voyage des 18-34 ans pour tenter notamment de définir quels étaient les principaux critères leur permettant de choisir leur lieu de vacances. Une grande partie des personnes interrogées a confié se demander avant tout si l’endroit envisagé leur permettrait d’ajouter des photographies réussies à leur flux Instagram.

D’après The Independent, qui relaie cette étude, deux tiers des personnes affirment que l’instagrammabilité (à quand l’entrée dans le Larousse?) de leur lieu de vacances est leur critère de choix numéro 1, bien plus que les perspectives culturelles de la ville, les festivités proposées ou le prix de l’alcool. Les hommes seraient encore plus soucieux que les femmes de pouvoir réussir de beaux clichés Instagram.

Dès lors, il n’est guère étonnant que les marques et offices de tourisme convient des influenceurs et influenceuses à venir découvrir certains lieux vendus comme idylliques: un millenial sur quatre affirme avoir déjà utilisé un de ces voyages sponsorisés comme source d’inspiration pour sa prochaine réservation.

Une fois sur place, l’objectif des vacancières et vacanciers qui postent sur Instagram ne serait pas de garder un souvenir de leur passage dans un lieu paradisiaque, mais bien de susciter envie et jalousie chez les collègues et les proches qui n’ont pas la chance de partir se détendre à ce moment de l’année. Pour donner l’eau à la bouche ou carrément faire rager les personnes qui les suivent, 40% des hommes et 20% des femmes affirment même envisager de poster un jour une fausse photo de vacances… ou l’avoir déjà fait.

Pourquoi truquer ses propres vacances? Parce que, toujours selon la même étude, 20% des millenials disent avoir déjà éprouvé une grande déception en découvrant leur lieu de vacances. Il faut dire que s’inspirer de photos promotionnelles hyper travaillées et faussement naturelles, postées par des personnes dont c’est le job à plein temps, peut fort logiquement créer quelques désillusions. D’où l’envie d’arranger à son tour la réalité. Un cercle vicieux bien moche.

Expedia a même demandé à sa clientèle de désigner les lieux ou monuments les plus décevants par rapport à l’image véhiculée par Instagram. Les cinq lauréats sont l’Opéra de Sydney, le Taj Mahal, Dubai, le site de Stonehenge, et Times Square.

Slate

Publié le 30 décembre, 2017 dans Jeunesse, Psychologie, Société & Culture, Technologie, WTF.

Laissez un commentaire