Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Des chercheurs ont été assassinés pour leurs travaux sur Nibiru

Des chercheurs ont été assassinés pour leurs travaux sur Nibiru

Des astronomes qui auraient trouvé des preuves de l’existence de la mythique Planète X seraient morts dans des circonstances plus que mystérieuses.

Cette troublante théorie indiquent que ces scientifiques auraient été assassinés dans le but d’empêcher que la réalité concernant Nibiru ne soit révélée au grand public.

David Meade, auteur de l’ouvrage Planet X – The 2017 Arrival, affirme que cette planète passera près de la Terre le mois prochain, et déclenchera l’Apocalypse.

La NASA insiste sur le fait que la théorie de Nibiru est un canular né sur Internet, et qu’il n’y a aucune preuve sur le fait que cette planète existe.

Cependant, les membres du mouvement Nibiru Cataclysm disent que c’est un complot destiné à éviter une panique mondiale et ainsi réserver de l’espace dans des bunkers souterrains pour l’élite mondiale.

M. Meade affirme que les scientifiques qui ont enfreint le code du silence ont étrangement « disparu ».

Le Dr Robert Harrington, astronaute superviseur à l’observatoire naval des États-Unis (« US Naval Observatory ») qui a prétendu avoir trouvé la preuve de l’existence de la Planète X et l’astrophysicien australien Rodney Marks, qui travaillait sur un télescope dans le pôle Sud, sont tous les deux morts dans des circonstances mystérieuses.

Le Dr Harrington pensait que la planète X était une « planète intrusive » qui passait par notre système solaire et qui serait capable de supporter de la vie d’origine extraterrestre.

M. Meade explique :

« Y a-t-il eu des cas étranges ? La réponse est oui. »

« Le Dr Harrington a été mystérieusement éliminé dans les années 1990 avant de pouvoir dire quoi que ce soit et il était à la tête de l’observatoire naval. »

« Ensuite, vous avez la mort mystérieuse en 2000 d’un individu travaillant sur un télescope au pôle Sud. Ce dernier serait mort d’une intoxication alcoolique. »

En tant que chef de l’observatoire naval américain, le Dr Harrington était l’un des principaux astronomes américains.

Avec James Christy, il a découvert la lune Charon de Pluton.

Le Dr Harrington est également devenu, au cours de sa carrière, un fervent adepte de la planète X.

Il a dit que le mouvement des planètes Uranus et Neptune et leurs lunes pointaient vers une autre grande planète se trouvant au-delà de Pluton.

Le Dr Harrington a été interviewé par Zecharia Sitchin, la première personne à avoir suggérer l’existence de Nibiru, en 1990.

M. Sitchin avait traduit des tablettes écrites par une ancienne culture du Moyen-Orient appelée les Sumériens.

Selon ce chercheur, les Sumériens évoquaient, dans leurs écrits, l’existence d’une planète géante appelée Nibiru qui orbitait autour du Soleil tous les 3 600 ans.

Cette planète, qui était peuplée par une civilisation extraterrestre appelée Anunnaki, traversait le système solaire provoquant des ravages incommensurables.

S’adressant à M. Sitchin, il a dit :

« S’il s’agit du genre d’orbite que nous décrivons ici, ce devrait être une planète qui aurait une masse quelque chose comme trois à cinq fois celle de la Terre. »

« Cela la placerait entre des planètes gazeuses comme Uranus et Neptune et les planètes terrestres que nous avons dans la partie intérieure de notre Système Solaire. »

« Donc, si cette planète se trouve sur une orbite de 3600 ans, sa masse serait proportionnellement plus grande. »

« Mais nous parlons de quelque chose qui serait une sorte de planète parfaitement habitable qui ressemblerait à une magnifique planète. »

« Elle serait assez petite pour ne être pas complètement enveloppée de gaz. »

« Elle serait parfaitement capable de supporter des formes de vie d’une façon ou d’une autre. »

Les données de vol transmises par la sonde spatiale Voyager 2 ont prétendument réfuté les calculs du Dr Harrington en 1992 lorsqu’elle a étudié Neptune.

Six mois plus tard, en janvier 1993, le chercheur est décédé d’un cancer. Seulement, les théoriciens du complot ont des doutes quant aux causes réelles de sa mort.

Certains prétendent qu’il était sur le point de publier de nouvelles révélations sur les observations qu’il avait faites en Nouvelle-Zélande peu avant qu’il ne passe de vie à trépas.

Le blogueur Marshall Masters écrit :

« Harrington a envoyé des rapports concernant cette découverte inquiétante, mais il est décédé d’un prétendu cancer de œsophage avant de pouvoir ranger son télescope et de rentrer chez lui pour organiser une conférence de presse hautement médiatisée. »

Ceux qui croient en l’existence de la planète Nibiru affirment que l’hémisphère sud, particulièrement autour du pôle Sud, est le meilleur endroit pour observer Nibiru, dont l’orbite autour du Soleil serait inclinée vers la Terre.

Rodney Marks est mort au pôle Sud alors qu’il travaillait sur le télescope submillimétrique antarctique situé à l’intérieur d’un observatoire éloigné à la base antarctique Amundsen-Scott.

L’homme de 32 ans, par ailleurs en bonne santé, s’est effondré en marchant entre l’observatoire et la base. Il est tombé malade au cours des 36 heures suivantes, puis il est décédé.

La National Science Foundation (NSF), qui dirige la station, a annoncé qu’il était « mort de causes naturelles », mais son corps n’a été envoyé en Nouvelle-Zélande pour une autopsie seulement six mois plus tard.

L’autopsie a révélé qu’il était mort d’un empoisonnement à l’éthanol, mais personne ne sait pas comment il en avait consommé.

Il avait un accès facile à de l’alcool et n’avait pas de problèmes personnels. Le médecin légiste a dit qu’il ne pouvait pas avoir bu accidentellement.

La police néo-zélandaise a déclaré que la NSF n’avait été pas coopérative, et avait refusé de donner des détails sur un rapport interne ou de dire qui se trouvait à la station au moment des faits.

Le médecin de la station, Robert Thompson, a également disparu en 2006.

Le coroner n’a jamais pris de décision de décision finale sur la mort de Marks.

Le Dr Meade conclut :

« Il a passé la plupart de son temps à collecter des données sur les conditions d’observation et les opérations menées auprès de l’énorme télescope infrarouge. »

« Est-ce qu’il en savait trop ? »

Source: Express.co.uk, le 11 octobre 2017


Laissez un commentaire