Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Marseille : « Je fais le tour du monde sans quitter ma classe »

Marseille : « Je fais le tour du monde sans quitter ma classe »

Prof dans les quartiers Nord depuis 25 ans,, Dominique Resch écrit sa passion pour son métier dans une livre « Le monde entier dans ma classe ».

Ne cherchez pas un rire franc et massif : en ce mois de rentrée, Dominique Resch n’affiche que son « sourire en coin« , celui qui allie « bienveillance et sévérité« , ingrédients indispensables pour poser le cadre en ce début d’année. […]

Mon lycée, c’est la vie ! », se plaît-il à répéter. Et ces dernières années, le reflet de la société s’est traduit par l’inscription massive d’élèves primo-arrivants. « J’ai la chance inouïe de faire le tour du monde sans sortir de ma classe« , s’enthousiasme le quinquagénaire au regard pétillant, débarqué de ses Vosges natales dans les quartiers Nord, il y a vingt-cinq ans, « d’abord par curiosité puis sans aucune envie de partir d’ici. »

Dans Le monde entier dans ma classe, Dominique Resch raconte, sous forme de tranches de vie, le bahut. Cette bulle, « île passionnante« , perdue dans une zone de non-droit, cernée de guetteurs et survolée par les hélicos de la Sécurité publique.

Il raconte surtout le « bonheur d’apprendre à lire et à écrire à des adolescents venus en France dans des boat people et qui mordent la vie à pleines dents. » Ceux qu’il appelle dans son livre Daouda, Jaleel ou Adama (il a changé leurs prénoms) viennent du Mali, du Pakistan, du Burkina Faso, de Guinée ou de Syrie. « Ces gamins qui ont vécu des choses atroces ont une furieuse envie de s’en sortir ; ils ont une assiduité exemplaire et quand la sonnerie retentit, ils quittent la classe en disant « merci monsieur» », se réjouit l’enseignant pas peu fier d’eux lorsqu’il entend les employeurs insister pour garder ces apprentis une fois leur CAP en poche. […]

La Provence


Publié le 1 octobre, 2017 dans Education, France, Immigration, Mondialisation.

Laissez un commentaire