Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Pourquoi si peu de lanceurs d’alerte? L’État Profond veille au grain…

Pourquoi si peu de lanceurs d’alerte? L’État Profond veille au grain…

Pourquoi n’ y a-t-il pas plus de « lanceurs d’alerte » qui dénoncent les opérations secrètes illégales ou inconstitutionnelles du gouvernement ? Si ces activités sont tellement illégales, pourquoi les gens ne viennent-ils pas les signaler ?

Au cours des cinquante dernières années, les services de renseignement du gouvernement étatsunien ont mis au point un système séquentiel complexe pour réduire systématiquement au silence ou détruire tout employé, y compris sa famille, qui tente de révéler des activités illégales ou inconstitutionnelles menées dans le cadre d’opérations gouvernementales secrètes.

Comme condition d’emploi, les militaires et les employés du renseignement recrutés dans le cadre d’opérations secrètes doivent signer une  » entente de confidentialité « , ou une  » entente de non-divulgation « , avant d’avoir accès au poste, qui offre un salaire et un statut élevés au sein de l’organisation. Cette entente menace des sanctions civiles et pénales si l’employé divulgue TOUT renseignement concernant le programme. Pensant que l’accord ne sera utilisé qu’ à des fins juridiques et leur donnera l’emploi convoité, tous les employés sont impatients de le signer.

Cet accord de secret a été conçu à l’origine pour protéger les renseignements classifiés légitimes, pour protéger le personnel militaire en temps de guerre et pour protéger l’information et la technologie de la défense nationale légitime.

Toutefois, en raison du pouvoir contraignant de l’entente, les organismes gouvernementaux ont commencé à s’en servir comme outil puissant pour faire taire les fonctionnaires fédéraux qui remettent en question la légalité de certaines opérations gouvernementales. C’était l’outil parfait pour menacer, faire taire ou emprisonner tout lanceur d’alertes qui osait contester les activités secrètes du gouvernement.

Aujourd’hui, l’accord de secret est couramment utilisé comme une arme efficace pour intimider ou faire taire les employés. Des séances d’information annuelles de briefing sont données pour rappeler aux employés les pénalités en cas de violation de l’entente. Ces peines comprennent des amendes énormes, la révocation, la ruine financière et même la prison – tout cela signifie la destruction de leurs vies et de leurs familles. La plupart ne révéleront aucun acte répréhensible, aussi flagrant soit-il, par crainte de représailles calculées et sévères.

Lorsque les employés signent l’entente de confidentialité et sont autorisés à participer à des programmes classifiés, on ne leur dit pas qu’ils renoncent à leur droit à un procès devant jury ou à intenter des poursuites contre l’agence qui les a embauchés. S’ils essaient de le faire en tant que lanceurs d’alertes, ils constatent qu’ils n’ont pas le droit d’être entendus par la cour fédérale. Beaucoup l’ont découvert lorsque leur cas a été rejeté; il était alors trop tard. Cela fait partie du système.

Si l’employé tente de communiquer avec son membre du Congrès ou son Sénateur, son représentant ne peut pas recevoir d’information au sujet de son cas parce qu’il n’ a pas l’autorisation nécessaire.
Lorsque l’employé tente de dénoncer les faits aux comités de renseignements du Congrès, sa réponse est ignorée. Les membres du comité savent très bien qu’ils ne doivent pas toucher à de tels cas, alors ils les renvoient à leur sénateur ou à un membre du Congrès, qui ne peut pas avoir accès à l’information liée à leur cas.

Si un employé courageux continue à aller de l’avant et à donner des alertes, un système de destruction personnelle et professionnelle s’ensuit. Cela commence par le refus de toute promotion, le refus d’une affectation délicate ou enrichissante et le signalement de leurs dossiers, ce qui ruine leur réputation au sein de leur agence. A ce stade, leur carrière est terminée. S’ils partent tranquillement, le châtiment s’arrête.

Lorsque l’employé continue de s’efforcer de rapporter l’information, ses dossiers de voyage, ses dossiers personnels, ses dossiers médicaux et ses dossiers de sécurité sont fouillés à la recherche d’erreurs ou de renseignements préjudiciables qui peuvent être utilisés pour menacer sa cessation d’emploi. Leurs téléphones et leurs ordinateurs sont surveillés à la recherche d’informations incriminantes. Si aucune information de fond ne peut être trouvée, elle est fabriquée et versée dans leur dossier.

Les employés qui refusent de se rétracter font ensuite l’objet d’enquêtes de sécurité internes, d’entrevues multiples et hostiles, de tentatives de rétractation et d’interrogatoires polygraphiques multiples.

Dans bien des cas, l’employé est tenu de se présenter au bureau médical interne pour une évaluation psychologique. S’ils se plaignent, l’évaluation les qualifie de paranoïaque, d’instable ou de mécontents. Ces renseignements sont versés à leur dossier et sont utilisés par la suite pour justifier l’action de l’organisme en cas d’examen externe.

Si l’employé communique des informations avec un membre des médias, il est immédiatement accusé d’avoir violé son accord de confidentialité et fait l’objet de poursuites pénales. Plusieurs médias sont reliés à la CIA et à la NSA et les informent du contact de l’employé.

Enfin, l’employé est contraint de démissionner après avoir été menacé de licenciement dans devant des réunions prenant la forme de cour où l’information fabriquée dans ses dossiers est utilisée contre lui.

Après la résiliation ou la démission forcée, les taux d’intérêt sur les prêts de leur caisse populaire interne sont augmentés pour rendre les paiements inabordables. Le déblocage des fonds de retraite de l’employé nécessaire pour subvenir aux besoins de sa famille est bloqué. L’agence les met sur liste noire pour l’obtention d’un emploi avec d’autres agences gouvernementales ou des entrepreneurs, ce qui les ruine encore plus financièrement.

Déshumanisée, financièrement ruinée et soumise à une forte pression émotionnelle et mentale, la famille de l’employé commence à se désagréger. Si les fondements de la famille ne sont pas solides, il en résulte de l’alcoolisme, de la dépression et un divorce. Dans certains cas, cela a entraîné le suicide de l’employé, le but ultime du programme de destruction. Cela réduit l’employé au silence de façon permanente, occultant ainsi le rôle de l’agence dans sa destruction. C’est le crime parfait.

Si l’employé a toujours la capacité d’endurer ce programme de carrière et de destruction personnelle et continue d’exercer des pressions pour que l’information soit divulguée, ou si les membres de sa famille tentent de poursuivre l’agence pour activité illégale, les agences classifiées invoqueront le secret d’État, qui ordonne à l’employé et à sa famille de ne pas révéler l’information pour ne pas faire face à la prison. Si l’affaire de la famille est portée devant un tribunal fédéral, le secret d’État est invoqué et l’affaire est classée et scellée. Les juges fédéraux approuvent la censure de l’affaire sans en examiner les faits.

Maintenant que le dossier de l’employé, et dans certains cas celui de sa famille, est fermé et scellé, invoquant la  » sécurité nationale « , le processus de réduction au silence de l’employé est terminé. Beaucoup d’entre eux ne donnent plus jamais d’informations, craignant la prison s’ils parlent à qui que ce soit, y compris à un avocat.

Grâce à l’attribution attrayante de contrats de plusieurs millions de dollars, le complexe industriel militaire du gouvernement étatsunien convainc les entreprises privées que leurs employés doivent être autorisés et signer des accords de secret. Cela implique les employés à tous les niveaux, des secrétaires aux PDG. Une fois qu’ils ont signé l’accord de secret, ils sont tenus de garder toutes les informations, y compris les informations potentiellement illégales, secrètes et menacées des mêmes sanctions.

À ce jour, plus de cinq millions d’Etatsuniens ont été obligés de signer cet accord de secret et tombent désormais sous l’ombre du secret d’État.

Seuls quelques employés fédéraux ont réussi à passer par ce processus systématique de destruction pour révéler ce qu’ils savent de l’opération illégale qu’ils ont observée. Malheureusement, certains lanceurs d’alerte sont morts « mystérieusement » ou se sont suicidés.

Les employés des services de renseignement sont conscients des sanctions prévues par l’accord de secret et du risque énorme de le violer, voire de dénoncer la corruption. La plupart d’entre eux se tournent vers une autre façon de protéger leur carrière, leur retraite et leur famille. Beaucoup ont observé les signes extérieurs du système de destruction personnelle et professionnelle utilisé sur d’autres et une culture de la peur existe. Mais ils ne sont pas pleinement conscients de tout ce qui se fait. L’étendue complète du système n’est connue qu’aux échelons supérieurs de l’organisation et est cachée aux employés, jusqu’ à ce que son utilisation soit nécessaire.

C’est pourquoi nous ne voyons pas de lanceurs d’alerte qui signalent ce qu’ils ont vu. Ce système est utilisé et perfectionné depuis plus de cinquante ans. Il est utilisé parce qu’il fonctionne.
Il fonctionne, à moins que le système ne soit mis au jour, le lanceur d’alertes sait ce qui va lui arriver et s’ y prépare, et il est appuyé par des organismes privés et des particuliers qui se consacrent à révéler la vérité au gouvernement.

Ce soutien est essentiel, non seulement pour protéger les lanceurs d’alerte et leur famille, mais aussi pour défendre notre forme constitutionnelle de gouvernement contre la tyrannie.

Source: Information Clearing House

Traduction: SLT

via Fawkes


Laissez un commentaire