Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Le trafic de cannabis en Seine-Saint-Denis rapporterait 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires par an et emploierait 100 000 « salariés ».

Le trafic de cannabis en Seine-Saint-Denis rapporterait 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires par an et emploierait 100 000 « salariés ».

Complément d’enquête – France 2 – 14/09/17

Le trafic de cannabis en Seine-Saint-Denis rapporterait 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires par an et emploierait 100 000 « salariés ». A l’ombre des barres d’immeubles, cette économie parallèle s’est imposée. Avec ses bons ou mauvais patrons, ses employés modèles, ses smicards et son « code du travail » très particulier. Aujourd’hui elle « perfuse » l’économie réelle : petits dealers et gros bonnets, avocats, hommes politiques et habitants, tous profitent directement ou indirectement de cette industrie du shit devenue indispensable.

Au « four », le travail du « charbonneur »

Chez les dealers de Saint-Ouen se pressent près de 1 000 clients par jour. A Aulnay-sous-Bois, Saint-Denis ou Bagnolet, certains « fours » rapportent quotidiennement jusqu’à 70 000 euros. Tarik est une petite main, un « charbonneur » : dans son hall d’immeuble, c’est lui qui vend aux clients leurs barrettes de hachisch. Payé à la journée, il n’a bien sûr ni congés payés ni cotisations retraite. Mais son salaire atteint 2 000 euros par mois. Deux mille euros en cash, impossibles à déposer à la banque. Alors, Tarik dépense, et il paie tout en liquide. Des petites coupures dilapidées dans les centres commerciaux du secteur. Loyer, voiture, courses au supermarché, vêtements : « Sans l’argent du trafic, certaines familles ne pourraient pas vivre », raconte le vice-procureur du tribunal de Bobigny.

Qui profite vraiment de ces millions en liquide ? Comment les narcotrafiquants blanchissent-ils cette manne ? L’Etat a-t-il vraiment intérêt à voir cesser la vente de stupéfiants ? Le shit pourrait bien être le premier employeur de Seine-Saint-Denis… Le 14 septembre, « Complément d’enquête » sur un secteur florissant, qui ferait vivre nombre de familles et de commerçants du département le plus pauvre de France.

Fdesouche


Publié le 16 septembre, 2017 dans Cannabis, France, La Bourse & L'Economie, Vidéos.

Laissez un commentaire