Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Pollution : l’eau du robinet contient énormément des particules de plastique. Ne buvez pas l’eau du robinet !!!

Pollution : l’eau du robinet contient énormément des particules de plastique. Ne buvez pas l’eau du robinet !!!

Des échantillons d’eau du robinet révèlent à 83% contenir des microparticules de plastique. L’Europe est – très relativement – la moins touchée, les Etats-Unis affichant la pire pollution.

Des scientifiques ont analysé des échantillons de 500 millilitres d’eau du robinet d’une dizaine de pays. Les résultats de cette enquête d’Orb Media partagée avec le « Guardian » sont alarmants : 83% de l’ensemble des échantillons contiennent des fibres de plastique.

Les pires résultats proviennent des Etats-Unis et du Liban, où 94% des échantillons sont contaminés.

Parmi les lieux où l’eau a été analysée outre-Atlantique, il y a les bâtiments du Congrès (de quoi stimuler les parlementaires américains à défendre davantage l’environnement ?), l’Agence de protection de l’environnement et la Trump Tower à New York. Vient ensuite l’Inde, avec 82% d’échantillons contaminés à New Delhi.

Les pays européens, dont la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France, ont les plus faibles taux de contamination. Mais avec un taux de 72%, il n’y a pas vraiment de quoi se réjouir. Le nombre moyen de fibres trouvées dans chaque échantillon d’un demi-litre va de 4,8 aux Etats-Unis à 1,9 en Europe.

Des océans à nos organismes

Après la pollution des océans par le plastique (l’an dernier, une étude australienne montrait que neuf oiseaux marins sur dix avalent du plastique), les études documentent désormais celles de nos propres milieux… et de nos organismes.

« Nous avons assez de données provenant de l’étude de la faune et de la flore, et de l’impact que cela [la pollution par le plastique] a sur la vie sauvage pour être soucieux », explique le Dr Sherri Mason, spécialiste des microplastiques à l’université d’Etat de Fredonia à New York, qui a supervisé les analyses pour Orb : « Si cela affecte [la nature], comment pouvons-nous croire que cela ne va pas nous affecter d’une façon ou d’une autre ? »

Une autre étude menée en Irlande en juin avait trouvé une contamination aux microplastiques dans des échantillons d’eau du robinet et d’eau de source. Le docteur Anne-Marie Mahon, de l’institut de technologie de Galway-Maho, explique qu’il y a deux sujets d’inquiétude, comme le rapporte le « Guardian » : les minuscules particules de plastique elles-mêmes, et les substances chimiques ou les agents pathogènes que ces particules peuvent transporter.

Pour le Dr Mahon, « si les fibres sont là, il est possible qu’il y ait aussi des nanoparticules que nous ne pouvons mesurer. Une fois qu’elles sont à l’échelle nanométrique [un nanomètre = un milliardième de mètre, NDLR], elles peuvent pénétrer dans une cellule, et cela veut dire qu’elles peuvent s’introduire dans les organes, et cela serait préoccupant ».

(…)

Lire la fin de l’article sur le Nouvel Observateur


Laissez un commentaire