Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

«Pourquoi mon fils ne peut pas être une princesse à Disneyland ?»

«Pourquoi mon fils ne peut pas être une princesse à Disneyland ?»

Devenir une princesse n’est pas qu’un rêve de petite fille… Disneyland Paris vient de le découvrir à ses dépens.

Disneyland n’est pas aussi magique qu’il aimerait le faire croire parfois. En tout cas pour Noah, 3 ans, le rêve s’est transformé en cauchemar. Sa mère anglaise a poussé un coup de gueule retentissant, dans une lettre ouverte publiée sur son blog mardi dernier, après que Disneyland Paris a refusé que son garçon participe à l’activité «Princesse d’un jour», a révèle le site MashableFrance.

«Pourquoi mon fils ne peut pas être une princesse à Disneyland ?» interpelle la maman s’adressant directement à Disneyland. «Nous avons dépensé une petite fortune à Disneyland. Noah porte sa robe adorée d’Elsa (La Reine des Neiges, ndlr) toute la journée, tous les jours. Il refuse même de la retirer lorsqu’il doit aller au lit. (…) J’avais décidé de lui offrir l’expérience «Princesse d’un jour» un peu avant Noël. Je savais qu’il n’aimerait rien de plus au monde que de porter une jolie robe, mettre du maquillage comme maman et être pris en photo en étant une de ses chères princesses Disney».

Mais voilà la réponse reçue par la mère de famille l’a estomaquée. «Chère Madame McLean, merci pour votre email et l’intérêt porté à Disneyland Paris. Pour le moment, il n’est pas possible de réserver « Princesse d’un jour » pour un garçon».

(…) Le Parisien


Laissez un commentaire