Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Afrique du Sud : Des Centaines de Gens Confessent avoir Mangé de la Chair Humaine

Afrique du Sud : Des Centaines de Gens Confessent avoir Mangé de la Chair Humaine

Pietermaritzburg – Une réunion communautaire suite à l’arrestation de quatre hommes d’Estcourt pour avoir tué une personne et mangé de la chair humaine a vu des centaines de résidents prétendre avoir avoué avoir mangé des morceaux de corps humain obtenues auprès de l’un des accusés.

Les quatre hommes, Nino Mbatha (32 ans), Sthembiso Sithole (31 ans), Lindokuhle Masondo (32 ans) et Lungisani Magubane (30 ans), sont apparus lundi à la Cour des magistrats d’Estcourt pour meurtres et conspiration.

L’un des quatre hommes s’est rendu au poste de police d’Estcourt vendredi, en tenant des morceaux de corps humain, a avoué être « fatigué de manger de la chair humaine ». Quand il a été interrogé, il a montré un morceau de jambe et une main. Une enquête plus approfondie a conduit la police à une maison dans la région de Rensburgdrift à Estcourt où ils ont senti une odeur nauséabonde, et de nombreux restes humains ont été retrouvés.

Le porte-parole de la police de KwaZulu-Natal, le colonel Thembeka Mbhele, a déclaré vendredi que l’un des accusés, également un nyanga (guérisseur traditionnel), a été arrêté dans la région d’Amangwe où ont été trouvés encore plus de morceaux de corps.

Les hommes auraient violé, puis tué et découpé le corps d’une femme, qu’ils ont par la suite consommé.

Des centaines d’indigènes locaux d’Estcourt se sont rassemblés devant la cour du magistrat lundi matin, armés de caméras et de téléphones portables dans l’espoir d’apercevoir les quatre hommes.

Avec la police qui surveillait l’entrée de la cour, les résidents ont été prévenus de rester à l’écart car les hommes étaient à l’arrière d’une camionnette de police après leur comparution devant le tribunal et seront mis en garde à vue jusqu’à leur demande formelle de mise en liberté sous caution le 28 août.

Plus tard, le conseiller de quartier Mthembeni Majola, qui a tenu une réunion dans la salle communautaire d’Esigodlweni lundi matin, a déclaré qu’environ 300 résidents avaient avoué avoir rendu visite à Mbatha, un nyanga, et qu’ils ont sciemment mangé de la chair humaine qu’il leur a été donnée.

Il a déclaré qu’il y avait environ 700 personnes lors de la réunion, où environ 300 résidents ont avoué qu’ils savaient que Mbatha avait de la chair humaine ont confessé en avoir déjà mangée.

Il a déclaré qu’un membre de la communauté, qui était un proche de Mbatha, avait eu une dispute avec le nyanga.

Majola a allégué que le problème ne se limitait pas seulement à Estcourt et que le nyanga avait des liens dans la région d’Uthukela.

Majola a prétendu que Mbatha était un nyanga pratiquant à Ladysmith avant de fuir à Rensburgdrift plus tôt cette année, alors que la communauté Ladysmith aurait attaqué et tué un autre nyanga dans la région, mais cela n’a pas pu être confirmé.

« Nous ne savons pas quoi faire ou en qui avoir confiance, » a déclaré Majola.

« Les gens que nous connaissons et avec qui nous vivons ont confessé avoir mangé cette femme. »

« C’est arrivé au sein de notre communauté. Des familles, des gens que nous connaissons et avec qui nous vivons ont avoué avoir mangé cette femme, » dit-il.

Il a ajouté que les membres de la communauté ont aussi confessé avoir creusé des tombes sous les ordres de Mbatha, et ont donné des os à Mbatha.

Majola a déclaré que la communauté avait déclaré lors de la réunion que le nyanga leur avait dit que creuser des tombes les rendrait forts et les protégerait du mal et que lui apporter les os leur apporterait de la richesse dans le futur.

Le colonel Mbhele a déclaré que l’Unité en charge des affaires occultes s’occupait de l’enquête.

Source: News 24, le 22 août 2017

Publié le 23 août, 2017 dans Justice & Forces de l'ordre, Monde, WTF.

Laissez un commentaire