Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Les nationalistes blancs se ruent sur des tests génétiques pour en savoir plus sur leur ascendance. Certains sont très mécontents des résultats.

Les nationalistes blancs se ruent sur des tests génétiques pour en savoir plus sur leur ascendance. Certains sont très mécontents des résultats.

C’était un étrange moment de triomphe contre le racisme: Craig Cobb, le suprématiste blanc détenteur d’arme à feu, vêtu d’un costume noir et d’une cravate rouge pour son passage à la télévision, a appris que ses tests d’ADN révèlent que son ascendance n’était que « 86 pour cent d’origine européenne et … 14 pour cent d’origine africaine sub-saharienne ». Le public s’est alors mis à rire aux éclats. Et Cobb – qui était, en 2013, chargé de terroriser les gens en essayant de créer une enclave blanche dans le Dakota du Nord – a réagi comme un perdant endolori dans une cours de récré.

« Attendez un instant, attendez un instant, du calme, attendez un peu, » dit-il, tout en gardant le sourire. « C’est ce qu’on appelle du bruit statistique ».

Ensuite, selon le Southern Poverty Law Center, il a publié un message sur le site nationaliste Stormfront pour contester ces résultats. Ce n’est pas rare: avec la montée des tests génétiques spit-in-a-cup (les tests adn où vous devez cracher dans un bocal et le renvoyer à un laboratoire, ndlr), il existe une tendance chez les nationalistes blancs d’avoir recours à ce genre de services pour prouver leur identité raciale, et ensuite utiliser des forums en ligne pour discuter des résultats.

Mais comme Cobb, beaucoup sont déçus de constater que leur ascendance n’est pas aussi «blanche» qu’ils l’avaient espérée. Dans une nouvelle étude, les sociologues Aaron Panofsky et Joan Donovan ont examiné des années de publications sur Stormfront pour voir comment les membres ont traité ces nouvelles.

C’est frappant, disent-ils, que les nationalistes blancs publient ces résultats en ligne. Après tout, comme l’a dit Panofsky, « ils vont essentiellement dire que si vous voulez être membre de Stormfront, vous devez être 100% blanc européen, pas juif ».

Mais au lieu de rejeter les membres qui obtiennent des résultats contradictoires, a déclaré M. Donovan, les conversations sont «d’une manière écrasante» là pour aider la personne à repenser la validité du test génétique ou à surmonter les résultats contrariants. (…)

Panofsky et Donovan ont présenté leurs résultats lors d’une conférence de sociologie à Montréal lundi. Le chronométrage de la conversation – environ 48 heures après le violent rassemblement nationaliste blanc à Charlottesville, Virginie – était une coïncidence. Mais l’analyse fournit une fenêtre utile, si effrayante, sur la façon dont ces groupes extrémistes pensent à leurs gènes.

(…) J. Scott Roberts, professeur agrégé de l’Université du Michigan, qui a étudié l’utilisation des tests génétiques par les consommateurs et qui n’a pas participé à l’étude de ce phénomène, a déclaré que les laboratoires ont tendance à être fiables pour identifier les variantes génétiques. Les interpréter en termes de risque pour la santé ou d’ascendance, est une toute autre histoire. « La science est souvent trouble dans ces domaines et donne des informations ambiguës », a-t-il déclaré. « Ils essaient de donner des pourcentages spécifiques de cette région, ou x pourcentage de risque de maladie, et je pense que c’est une estimation artificiellement précise. »

C’est très loin du message de réconciliation que les sociétés de test d’ascendance génétique espèrent promouvoir.

« Chérie, t’as un peu de noir en toi », a déclaré l’animateur Trisha Goddard à Craig Cobb ce jour-là en 2013. Mais cela ne l’a pas empêché de refaire le test avec une entreprise différente, en essayant de modifier ou d’analyser les données jusqu’à ce qu’elles correspondent à sa vision raciste du monde.

Source: Stat News, le 16 août 2017


Publié le 17 août, 2017 dans Génétique, Immigration, Science, Société & Culture, Vidéos.

Laissez un commentaire