Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Top 8 des moments où les dessins animés Disney étaient super racistes, une enfance brisée

Top 8 des moments où les dessins animés Disney étaient super racistes, une enfance brisée

Ils ont bercé notre enfance et on continue encore de les regarder aujourd’hui non sans un torrent de nostalgie. Pourtant, si on ouvre l’œil, non seulement les Disney véhiculent des morales franchement moisies à base de misogynie latente, mais laissent aussi un bon petit arrière-gout de racisme sur le fond du palais.

1. Aladdin au pays des « barbares »

Un classique polémique même si on adore le génie, même si on adore les cheveux de Jasmine, qu’on pense que Jafar est le meilleur de tous les méchants, la globalité du film est un peu limite. Tout commence à l’ouverture avec la chanson du marchant ambulant dont les paroles en langue originale sont un peu gênantes « Where they cut off your ear / If they don’t like your face It’s barbaric, but hey, it’s home » (« Là bas ils te coupent l’oreille, si ils n’aiment pas ta tête. C’est Barbare mais hey, c’est la maison ! »).

2. Le roi lion : mais où sont les humains ?

Bon, pour le coup la théorie est un peu poussive à mon sens. Il semblerait que le film soit raciste parce qu’il est un des seuls à se passer en Afrique et pourtant on n’y voit aucun humain. Genre on considère que les Africains ont moins d’intérêt que les animaux. Mouef. Certains pointilleux considèrent même qu’il y a du racisme dans le personnage de Scar, lion noir et super méchant.

3. Sébastien, le bernard-l’hermite noir de La petit sirène

Non pas que ce personnage soit un symbole de racisme contre les bernard-l’hermite. Mais disons que les critères physiques qui le caractérisent genre grosse lèvres, chanteur de reggae qui vante les mérites de vivre sous l’océan à rien foutre peut porter à confusion.

4. Les corbeaux, la classe populo dans Dumbo

Encore des personnages avec des accents dignes des personnages noirs dans Autant en emporte le vent qui sont présentés comme des gars pas très malins et surtout des voleurs. En attendant, c’est quand même des corbeaux qui arrivent à parler français et ça c’est pas banal.

5. Les siamois du 13ème arrondissement dans La belle et le clochard et les Aristochats

Sur un fond de musique orientale avec un accent totalement lunaire censé représenter un accent asiatique (on imagine), alors qu’on sait très bien que les chats siamois n’ont aucun accent asiatique quand ils miaulent.

6. Les indiens à peau rouge dans Peter Pan

À travers une chanson toute mignonne pour nos jeunes têtes blondes, le chef de tribu raconte l’histoire de son peuple et comment celui-ci a eu la peau rouge toujours dans une chanson aux accents lourds de stéréotypes.

7. L’INTEGRALITÉ de La mélodie du Sud

Le film est tellement raciste qu’on galère même à l’acheter aujourd’hui. On y trouve le bon noir aux dents blanches, totalement « y’a bon Banania » spirit, où l’oncle Remus est bien content de sa condition d’esclave et de vivre avec des colons qui sont ses amis de race supérieure préférés.

8. Big Mama dans Max et Rouky

C’est plus visible en version originale, l’accent de la grosse chouette qui recueille le petit renard incarne elle aussi les stéréotypes de « mama » noire comme celles qu’on voit également dans Autant en emporte le vent.

Source: Fdesouche


Laissez un commentaire