Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Des chercheurs suggèrent que le cancer actuel est une épidémie causée par l’homme

Des chercheurs suggèrent que le cancer actuel est une épidémie causée par l’homme

Des chercheurs de l’Université de Manchester, Royaume-Uni, ont conclu que le cancer est une épidémie créée par l’homme purement moderne.

En France 149.000 personnes, dont 85 000 hommes et 63.000 femmes, meurent du cancer par an, soit 411 personnes qui meurent chaque jour. Ce sont les cancers du sein et de la prostate les plus meurtriers. Chaque année, on détecte environ 350.000 nouveaux cas de cancers en France.

Au Canada, le cancer est la principale cause de décès et il est responsable d’environ 30 % de tous les décès.

Dans le Royaume-Uni seul , le Cancer emporte plus de 150.000 vies chaque année. Les statistiques montrent également que près d’une personne sur trois au Royaume-Uni est susceptible d’avoir un cancer.

Les chercheurs ont passé beaucoup de temps à étudier les momies, les fossiles et la littérature classique avant d’en arriver à leur conclusion.

Les chercheurs ont déclaré que le cancer est une maladie artificielle alimentée par les excès de la vie moderne. En effet, les tumeurs étaient rares jusqu’à une époque récente, lorsque la pollution et la mauvaise alimentation sont devenus un problème.

Dans l’étude des momies égyptiennes, par exemple, les chercheurs ont constaté aucun signe de cancer chez beaucoup d’entre eux, à l’exception d’un cas isolé. Des mèches de cheveux et des tissus provenant de centaines de momies égyptiennes ont été réhydratés et placés sous le microscope. Les chercheurs ont constaté un seul cas de cancer chez les momies examinées.

Dans le passé, certains chercheurs ont fait valoir que les anciens Egyptiens ne vivaient pas assez longtemps pour développer le cancer. Pour écarter ce faible argument, les chercheurs ont fait remarquer que d’autres maladies liées à l’âge, comme le durcissement des artères et des os fragiles, existait à cette époque.

La revue Nature Reviews Cancer rapporte que les preuves fossiles de cancer ne sont pas solides, avec la littérature scientifique qui en fournit quelques dizaines, principalement contestées, des exemples de fossiles d’animaux. Même l’étude de milliers d’os de Neandertal a fourni un seul exemple d’un éventuel cancer.

Les preuves de cancer dans les anciens textes égyptiens sont également minces, avec des problèmes de cancer plus susceptibles d’être provoqués par la lèpre ou même des veines variqueuses. On dit que les Grecs anciens ont été les premiers à définir le cancer comme une maladie spécifique, et à faire la distinction entre les tumeurs bénignes et malignes.

Le 17 ème siècle fournit les premières descriptions des opérations du cancer du sein et d’autres cancers. Cependant, les premiers rapports dans la littérature scientifique des tumeurs ne se sont produites qu’au cours des 200 dernières années. Le cancer du nez chez les utilisateurs de tabac à priser est apparu en 1761. Le cancer du scrotum chez les ramoneurs a également été découvert en 1775.

Le chercheur principal de cette étude, Michael Zimmerman a dit qu’il y aurait dû y avoir beaucoup de preuves sur le cancer disponibles dans les sociétés anciennes parce qu’ils manquaient de soins de santé efficaces.

« Dans une société archaïque qui manquait d’interventions chirurgicales, l’évidence du cancer devrait demeurer dans tous les cas. La quasi – absence de tumeurs malignes chez les momies doit être interprétée comme indiquant leur rareté dans l’ antiquité, ce qui indique que les facteurs qui causent le cancer sont limités aux sociétés touchées par l’industrialisation moderne », dit Zimmerman.

Le professeur Rosalie David, qui a également joué un rôle clé dans l’analyse de la référence possible de la maladie dans la littérature classique, des fossiles et des corps momifiés, a déclaré:

« Dans les sociétés industrialisées, le cancer est la deuxième cause de décès après les maladies cardiovasculaires .Mais dans les temps anciens, le cancer était extrêmement rare. Il n’y a rien dans l’environnement naturel qui peut causer le cancer. Cela doit donc être une maladie de l’homme, due à la pollution et des changements de notre régime alimentaire et de mode de vie. La chose importante à propos de notre étude est qu’elle donne une perspective historique à cette maladie. Nous pouvons faire des déclarations très claires sur les taux de cancer dans les sociétés parce que nous avons un aperçu complet. Nous avons examiné des millénaires, pas cent ans, et de nombreuses données. Encore une fois, de nombreuses données égyptiennes anciennes, ainsi que d’autres données de l’ensemble des millénaires, ont donné un message clair à la société – le cancer est créé par l’homme et c’est quelque chose que nous pouvons et devons régler. »

Les chercheurs ont recommandé une alimentation saine, de l’activité physique régulière et le maintien d’un poids santé. Ces trois choix de vie seraient capables d’empêcher environ un tiers des cancers les plus courants connus des chercheurs.

Selon l’OMS, pas moins de 15 millions de décès sont dus au cancer dans le monde chaque année soit presque 1 décès toutes les 2 secondes. Si rien n’est fait, le cancer tuera 84 millions de personnes entre 2005 et 2015 et tuerait 19 millions de personnes par an en 2025.

Une copie du document ‘Cancer: une maladie ancienne, une nouvelle maladie ou quelque chose entre les deux?’ est disponible : http://www.nature.com/nrc/journal/v10/n10/full/nrc2914.html

Pour plus d’ informations ou une entrevue avec le professeur Rosalie David, communiquer avec l’ agent de ses relations avec les médias Mikaela Sitford sur 0161 275 2111, 07768 980942 ou [email protected] .

Source: www.manchester.ac.uk et anonhq.com

Interview du professeur Rosalie David archive.archaeology.org

via Sain & Naturel

Publié le 21 juillet, 2017 dans Archéologie, Histoire, Monde, Santé, Science.

Laissez un commentaire