Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Un républicain ayant enquêté sur les courriels de Clinton aurait mis fin à ses jours

Un républicain ayant enquêté sur les courriels de Clinton aurait mis fin à ses jours

Le républicain Peter Smith, qui a mené une enquête indépendante sur les courriels de Hillary Clinton, a été trouvé mort dans une chambre d’hôtel dans le Minnesota, peu après qu’il a accordé une interview au Wall Street Journal pour parler de son enquête.

Peter Smith, membre du Parti républicain, ayant initié une enquête indépendante sur les 33.000 emails qu’Hillary Clinton avait supprimé de sa boîte mail personnelle, a mis fin à ses jours mi-mai dans une chambre de l’hôtel Rochester, dans le Minnesota, signale le journal Chicago Tribune.

Alors que son décès avait été entouré de mystères depuis deux mois, des détails précis ont finalement fait surface. Comme l’indique l’acte de décès auquel le journal a eu accès, le corps du républicain, âgé de 81 ans, a été retrouvé le 14 mai dans une chambre d’hôtel où la police a également découvert une pile de documents et une lettre d’adieu.

Dans cette dernière, Smith s’est excusé auprès des autorités, précisant que sa mort n’était pas dûe à un acte criminel, a évoqué en outre son état de santé fragile et a affirmé que son assurance-vie d’un montant de 5 millions de dollars touchait à sa fin.

Sa mort est survenue 10 jours après qu’il a accordé une interview au Wall Street Journal pour faire part des conclusions auxquelles il était arrivé au cours de l’enquête.

Smith vivait dans un hôtel où s’arrêtaient principalement les clients de la clinique Mayo. Selon l’un des anciens subordonnés de Smith, le républicain y était traité pour une maladie cardiaque. La clinique n’a pourtant pas pu confirmer si Peter Smith était un patient ou non en raison du secret médical.

A la veille de sa mort, Smith a publié deux posts sur son blog, précise le Chicago Tribune. Dans le premier, il a contesté les conclusions du renseignement américain sur la soi-disant «ingérence» russe dans l’élection présidentielle aux États-Unis en 2016. Dans le second, Smith a écrit que le sujet de l’«ingérence» sera réduit à néant dès que l’attention se recentrera sur les questions de politique étrangère. Selon lui, cela devrait se produire bientôt.

Début mai, l’enquêteur a déclaré au Wall Street Journal que des hackers lui avaient envoyé des courriels appartenant prétendument à Hillary Clinton. Or, il a mis en doute leur authenticité et a recommandé de les envoyer à WikiLeaks. Au total, Smith a détecté cinq groupes de hackers affirmant détenir les correspondances de Clinton.

Par la suite, le Wall Street Journal a annoncé que les hackers qui auraient été en possession des courriels d’Hillary Clinton auraient cherché un médiateur (possiblement Peter Smith) afin de les transmettre à l’ancien conseiller de Donald Trump, Michael Flynn. Ce dernier aurait pour sa part été impliqué dans la recherche des courriels de Clinton, a ajouté le journal.

Le Congrès américain et le FBI mènent plusieurs enquêtes sur l’ingérence présumée de Moscou dans l’élection présidentielle remportée par Donald Trump. La Russie a rejeté à maintes reprises les accusations. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a noté que rien n’attestait que Moscou avait essayé d’influer sur le déroulement des élections aux États-Unis, en France et en Allemagne.

Source: Sputnik News, 15 juillet 2017


Publié le 15 juillet, 2017 dans Donald Trump, Etats-Unis, Politique & Loi, Wikileaks.

Laissez un commentaire