Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Police de la pensée sur les réseaux sociaux. Le gouvernement allemand veut pouvoir contrôler jusqu’aux algorithmes.

Police de la pensée sur les réseaux sociaux. Le gouvernement allemand veut pouvoir contrôler jusqu’aux algorithmes.

Police de la pensée sur les réseaux sociaux. Le gouvernement allemand veut pouvoir contrôler jusqu’aux algorithmes.

Le ministre de la justice socialiste Heiko Maas n’a bientôt plus rien à envier à ses prédécesseurs socialistes nationaux (3ème Reich) et internationaux (RDA). Son insatiable désir de tout contrôler se dirige maintenant vers les algorithmes qui permettent notamment aux réseaux sociaux de décider automatiquement quelles informations seront reprises et à quel endroit elles seront placées. Il voudrait, selon le Spiegel, qu’une autorité administrative puisse contrôler leur manière de fonctionner, les prémisses qui leur servent de base et les résultats qu’ils sont censés obtenir. Dans un discours prononcé lundi à Berlin, il n’a plus parlé que de « contrôle de transparence*, mais cela ne rassure pas les réseaux sociaux, déjà obligés de devenir des auxiliaires de la police de la pensée sous peine de lourdes amendes.

http://www.spiegel.de/netzwelt/netzpolitik/heiko-maas-will-regulierung-von-internet-konzernen-mit-algorithmen-a-1155570.html
Traduction (Claude Haenggli) : Après que le Spiegel eut révélé les plans d’Heiko Maas, il y eut de nombreuses critiques à l’encontre de son projet de contrôler les algorithmes. C’est ainsi que les associations du numérique Bitkom et eco s’y sont immédiatement opposées, cette dernière les qualifiant même d’inutiles et d’hostiles à l’innovation.

Les Observateurs

Laissez un commentaire