Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Après toutes ces années, Uranus va avoir un peu de visite

Après toutes ces années, Uranus va avoir un peu de visite

Uranus a dû se sentir bien seule. Il faut dire qu’en trente ans, cette planète –l’une des plus isolées du système solaire– n’a plus reçu de visite. La dernière fois, c’était en janvier 1986, lorsque la sonde spatiale Voyager 2 l’avait approchée pendant un peu plus de cinq heures trente. Une expédition qui avait permis de documenter la composition de la planète, mais également de voir, en vrai, à quoi elle ressemblait vraiment.

Trente ans plus tard, donc, Uranus peut enfin compter sur une bonne nouvelle. La Nasa a confirmé qu’elle planchait sur de nouvelles missions exploratoires sur Uranus, mais aussi sur Neptune. L’idée, relayée par Gizmodo, serait ainsi d’envoyer un orbiteur ainsi qu’une sonde atmosphérique pour échantillonner les gaz d’Uranus et étudier les différents champs d’énergie présents, la météorologie et le climat de la planète.

Énergie nucléaire

Ceci dit, Uranus, comme Neptune, où une mission est également à prévoir dans les années à venir, devra se montrer patiente. Car la mission, si elle voit le jour, ne sera envisageable qu’à partir de 2030. En attendant, il reste encore à l’agence spatiale américaine plusieurs défis et challenges de taille à relever, prévient Science Post:

«Le voyage prendrait au moins quatorze ans et aurait besoin d’utiliser l’énergie nucléaire, car l’énergie solaire serait largement inefficace à une distance aussi éloignée du Soleil. Les batteries atomiques alimentées au plutonium-238 utilisées par la Nasa sont à ce jour insuffisantes, les traités internationaux empêchant l’enrichissement du plutonium depuis de nombreuses années.»

Source


Publié le 25 juin, 2017 dans Astronomie, Espace, NASA.

Laissez un commentaire