Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Des similitudes entre la tour de Tesla et l’électricité en Égypte ancienne

Des similitudes entre la tour de Tesla et l’électricité en Égypte ancienne

Par Epoch Times,


Relief sous le temple égyptien de Dendérah (chambre centrale à l’arrière du bâtiment, deuxième sous-sol) (capture d’écran Youtube)

Se pourrait-il que les savants de l’Égypte ancienne aient eu connaissance de l’électricité et soient arrivés à éclairer toute l’Égypte ?

De nos jours, les villes sont illuminées la nuit, on y voit comme en plein jour, et nous trouvons cela banal. Mais se pourrait-il que les savants de l’Égypte ancienne aient eu connaissance de l’électricité et soient arrivés à éclairer toute l’Égypte ?

La preuve la plus largement citée de cette utilisation de l’électricité est un relief sous le temple d’Hator à Dendérah. Il dépeint des personnages entourant un objet ressemblant à une grosse ampoule.

La douille est représentée par ce qui semble être une fleur de lotus, d’où sort un câble qui longe le bas du relief. À l’intérieur de l’« ampoule » le filament est représenté par un serpent.

Lorsque Erich von Däniken a interprété ce relief, sous le temple d’Hator, comme étant une ampoule à incandescence, il a également été amené à considérer les anciennes batteries perses comme source d’énergie possible.


Pilier Djed (capture d’écran Youtube)

Un circuit en cascade de ces batteries serait théoriquement en mesure de fournir l’électricité nécessaire pour une grande ampoule. Cependant, ces batteries reliées entre elles ne sont pas représentées dans les illustrations. Mais il est frappant de constater que ce qui ressemble à un isolant est appelé Djed. Djed signifie en égyptien « stabilité », « durée ». Djed est le nom d’un motif représenté depuis la période thinite.

Quelle fonction pouvait-il avoir ? Un objet ressemblant à un isolant est représenté comme un Djet-pilier sous l’« ampoule ». Avait-il la fonction de récepteur pour la transmission de l’énergie électrique par radio, comme ce qu’a développé Tesla (1856-1943), physicien et ingénieur électrique, des milliers d’années plus tard ?


Un avertissement des anciens Égyptiens

Cette illustration est destinée à prévenir du danger que représente cette technique de production d’électricité. Un « démon », ressemblant à un babouin à forme humaine portant deux couteaux, est accompagné d’une inscription décrivant cet objet comme étant de toute évidence source de danger potentiel.

Si les créateurs n’avaient pas effectivement été de cet avis, ils n’auraient certainement pas révélé ce principe de fonctionnement dans les fresques, n’est-ce pas ?

En tout cas, ces « ampoules » ne semblent pas très effrayantes. Quel avertissement peut bien se cacher derrière ces reliefs ? Était-ce l’ampoule qui était si dangereuse ou la source d’énergie ?

Est-ce que les Égyptiens avaient une Tour de Wardenclyff ?

Il existe une hypothèse très spéculative si ce n’est tout à fait impossible, que les Égyptiens avant la VIe dynastie (2200-2700 av. J.-C..), auraient pu être plus développés que leurs successeurs. Peut-être qu’en réalité, ils disposaient déjà de l’électricité.

Y avait-il une sorte de source d’énergie qui existait – comme celle programmée par Tesla en construisant la Tour Wardenclyffe – une puissance électrique mise à disposition par ondes radio. C’est cette sorte de source d’énergie que Tesla montra en 1893 à l’Exposition universelle de Chicago. Cette technologie pouvait-elle être déjà connue à l’époque ?

À l’exposition universelle de Chicago en 1893 Tesla a allumé une ampoule qu’il tenait à la main sans utiliser de câble, en transmettant le courant alternatif à travers son corps.


Tesla avec l’ampoule. (capture d’ écran YouTube)

Le professeur Konstantin Meyl (né en 1952 et qui a étudié en détail l’ensemble de l’œuvre de Nicola Tesla), décrit comment la transmission d’énergie fonctionne par radio et a construit des ensembles expérimentaux pour la transmission d’énergie électrique au moyen d’ondes radio. Il utilisait une « antenne courte » (inférieure à lambda / 2), les ondes dites non hertziennes, les ondes scalaires ou les ondes longitudinales pour envoyer ou recevoir.

Cependant, le professeur Meyl a été confronté au même problème que Tesla – à savoir le lobby de l’énergie, car il serait théoriquement possible que tout le monde exploite librement et gratuitement ce type d’énergie, à la fois mobile et stationnaire.

Aujourd’hui, il est vraiment très difficile de croire qu’il y avait une civilisation technologiquement aussi avancée dans l’Égypte ancienne. Nous avons appris sur les bancs de l’école quelque chose de complètement différent, à savoir que le développement technologique de l’humanité est uniquement progressif, ce qui exclut l’idée de civilisations préhistoriques avec des technologies plus avancées.

Par ailleurs, l’environnement, avec une telle technologie, aurait pu être tout à fait différent de celui que nous connaissons actuellement. Ce que nous considérons comme les infrastructures essentielles et technologiquement avancées (câbles, poteaux, lignes électriques), ne seraient pas nécessaire avec cette technologie et ne pourraient pas non plus se trouver dans les fouilles d’une telle civilisation.

Version allemande : Gab es vor 2.000 Jahren schon (drahtlose) Elektrizität ?

Source: Epoch Times


Publié le 17 juin, 2017 dans Archéologie, Egypte, Technologie.

Laissez un commentaire