Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Un gaz hilarant s’échappe de l’Arctique à cause de la fonte des glaces

Un gaz hilarant s’échappe de l’Arctique à cause de la fonte des glaces

Selon une étude publiée dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences, des scientifiques ont démontré que de grandes quantités de protoxyde d’azote, aussi appelé gaz hilarant ou N2O, pourraient s’échapper du permafrost.

Même si cela peut prêter à sourire, cela n’est pas drôle pour l’environnement. En effet, ce gaz hilarant serait plus néfaste que le CO2 pour le climat.

Un gaz hilarant en Arctique, et pourtant il n’y a pas de quoi rire

Dans l’étude (1) publiée dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences, les chercheurs affirment que “le protoxyde d’azote est un puissant gaz à effet de serre, trois cent fois plus dangereux que le CO2 pour le réchauffement climatique“.

Pour mieux comprendre, il faut savoir que le protoxyde d’azote ou gaz hilarant est le troisième gaz à effet de serre contribuant au réchauffement climatique, derrière le dioxyde de carbone (CO2) et le méthane (CH4). Les scientifiques estiment que cette fonte des glaces peut produire autant de gaz que la destruction des forêts tropicales.

Les plantes seraient la solution pour réduire les émissions de N2O

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont prélevé seize échantillons de permafrost en Laponie finlandaise et ont réchauffé les échantillons en laboratoire pour ainsi se rendre compte que les parties recouvertes de végétation libéraient moins de gaz que les échantillons qui n’en avaient pas. “Les plantes absorbent l’azote du sol et réduisent le stock disponible pour la production de protoxyde d’azote. Les plantes sont donc très efficaces pour réduire les émissions de protoxyde d’azote“, a expliqué la chercheuse Carolina Voigt, interrogée par la chaîne australienne ABC (2).

L’évaluation Swipa du Programme de surveillance et d’évaluation de l’Arctique, qui regroupe 90 scientifiques du monde entier, a signalé que le réchauffement de l’Arctique était plus rapide et plus dévastateur que prévu et que cette métamorphose a des conséquences profondes sur les peuples, les ressources et les écosystèmes du monde entier.

Source : ConsoGlobe, via Anguille Sous Roche


Publié le 13 juin, 2017 dans Ecologie & Nature, Monde, Réchauffement de la Planète, WTF.

Laissez un commentaire