Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Gérard Collomb gaffe et « désespère » les services secrets britanniques

Gérard Collomb gaffe et « désespère » les services secrets britanniques

En divulguant des informations des services secrets britanniques ce mercredi matin sur RMC/BFMTV, Gérard Collomb aurait « désespéré » les services secrets britanniques selon le journal The Guardian.

C’est une première polémique dont se serait bien passé Gérard Collomb. Le journal anglais The Guardian rapporte que le nouveau ministre de l’Intérieur a passablement énervé les renseignements britanniques ce mercredi matin. Alors que Amber Rudd, la ministre de l’Intérieur britannique, s’était plainte ce matin des fuites dans les médias américains qui pouvaient compromettre l’enquête sur l’attentat de Manchester qui a fait 22 morts et 59 blessés, Gérard Collomb a déclaré sur BFMTV que Salman Abedi, le terroriste, était « sans doute » passé en Syrie et avait des liens « avérés » avec Daesh. Pour le quotidien, le nouveau ministre de l’Intérieur a dévoilé des éléments de l’enquête sur l’attentat de Manchester que les policiers britanniques souhaitaient garder sous silence.

« L’irritation [des services secrets britanniques] a tourné au désespoir »

Selon le Guardian, « l’irritation [des services secrets britanniques] a tourné au désespoir » après ces propos du maire de Lyon. Le quotidien anglais écrit que la « police et les services de sécurité ont de bonnes raisons de ne pas révéler certaines informations immédiatement. Notamment quand ces informations peuvent aider à enquête sur le réseau familial du suspect, ses collègues et ses amis avant qu’ils ne soient au courant ». Visiblement aussi désespéré que les services secrets britanniques, le Guardian a expliqué que « l’une des règles de base du partage d’informations entre services de renseignement était que les autres agences ne divulguent pas ces informations. Le problème est que les agences américaines ou françaises sont obligées de transmettre les informations au président de la République, au Premier ministre et au ministre respectifs. » « Dans le passé, ces secrets étaient généralement respectés », regrette le journal. La prochaine fois Gérard Collomb tournera 007 fois sa langue dans sa bouche avant de parler.

(…) Lyon Capitale


Publié le 24 mai, 2017 dans France, Grande-Bretagne, Terrorisme.

Commentaires (1)

 

  1. Le vieu dit :

    Normal il est sénile comme un vieux pot!

Laissez un commentaire