Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

L’élection présidentielle française entre fiction et réalité

L’élection présidentielle française entre fiction et réalité

DIA- 29 avril 2017: « Vous pensez que les jeux pour l’Elysée sont faits ? », demanda un journaliste du quotidien italien « Corriere Delle Sera » à Michel Houellebecq, le 24 mars dernier. « Oui, je crois. En tête au premier tour, arriveront Emmanuel Macron et Marine Le Pen, et aux bulletins de vote, Macron gagnera », répondit l’écrivain français très controversé. Ce dernier a fait vivre aux français « de souche » le pire de leurs cauchemars: l’élection en France d’un président musulman. Dans son livre fiction, intitulé « Soumission », traduction de « Islam », paru le 7 janvier 2015, Mohammed Ben Abbes, un leader musulman modéré est parvenu en 2022 à rallier le soutien des partis traditionnels, droite classique, centre et partis socialiste, tous unis pour repousser la progression de l’extrême droite et de la mouvance identitaire. Ce roman d’anticipation décrit une France islamisée, une fois que Marine Le Pen affronte un parti musulman à l’élection présidentielle qui la bat au second tour…François Bayrou devient alors premier ministre. Un déjà vu ? Une prophétie ou simple hypothèse? Marine Le Pen a estimé, que ce livre fiction pourrait devenir réalité.

Le personnage principal du roman, François, un universitaire quadragénaire, choisit de devenir musulman et se voit ainsi, régler tous ses problèmes professionnels et psychologiques.

Considéré comme islamophobe mais, pour certains, Houellebecq, est aussi, « le grand écrivain de notre décadence, écrit Julien Rochedy, (*) dans ‘Soumission’, l’homme moderne d’occident pour s’en sortir, ne va pas devenir autre chose, il va devenir l’autre, en l’occurrence musulman : ce qu’il n’a jamais été et ce contre quoi il s’est longtemps battu. Mais ce faisant, il retrouvera un chemin, il retrouvera la vie, le sens du sacré …le drame c’est qu’il n’a sans doute pas tort ».

Ceci pour la fiction, dans la réalité maintenant, en février 2015, « Valeurs actuelles » annonçait la présence « dévoilée » par « Le Parisien », d’un parti musulman présent dans huit cantons, l’Union des Démocrates Musulmans Français, UDMF. Ce parti a même annoncé sa volonté de présenter un candidat à la présidentielle. La fiction d’Houellebecq se confondait bizarrement à la réalité. Beaucoup de voix se sont élevées contre cette candidature qui a eu lieu en novembre 2016.

A la fin, un grand soulagement, le candidat du l’UDMF, Kamel Messaoudi médecin radiologiste, se retire, il ne sera pas Mohammed Ben Abbes et la prophétie sera donc, à moitié réalisée, et à la place du parti musulman, le Pen se retrouve face à Macron…mais curieusement, on continue, quand même d’évoquer Soumission.

« La victoire d’Emmanuel Macron, annonce la poursuite depuis la présidence de Giscard d’Estaing de la politique mortifère, davantage d’Europe technocratique, davantage de mondialisation, davantage de frontières, davantage d’immigration, davantage d’islamisation » (**), c’est ainsi que les partisans de Marine Le Pen voient sombrement l’avenir de la France si leur idole n’arrive pas à s’imposer au second tour face à Macron, « après son passage à l’Elysée, il est à craindre que la prophétie de Michel Houellebecq dans son roman « Soumission » devienne une cruelle réalité ». Dans le roman, Mohammed Ben Abbes, fils d’un tunisien, veut ramener une partie du monde arabe et notamment d’Afrique du nord dans une Europe élargie vers le sud.

Revenons un peu à Houellebecq, ce dernier aurait voulu appeler les gens à voter le Pen, selon les déclarations de l’un de ses amis. Le romancier satirique a même qualifié Macron par ‘un mutant’, « il est bizarre on ne sait pas d’où il vient, il fait un peu mutant…mais oui, il y a une certaine fascination » (***). Est-ce cette fascination qui l’a poussé à dire au Corriere Della Serra, que Le Pen sera battue par lui ? Ou bien, par simple déduction avec tous ces ralliements à Macron. Ce dernier qui estime que trop de ralliements en politique nuisent au ralliement, est en train de rendre de plus en plus réel le scenario de l’écrivain, reste maintenant s’il va choisir François Bayrou comme premier ministre ou pas.

Rappelons que Macron n’est pas un leader musulman, aussi « En Marche ! » n’est pas « la Fraternité musulmane du roman », tout le monde est d’accord là-dessus, mais tout comme le président de la fiction, Macron possède sûrement des pouvoirs. L’un d’eux s’est confirmé, on l’appelle « l’effet Macron» lequel s’est matérialisé juste après l’annonce des résultats du premier tour. Les investisseurs ont lancé un souffle de soulagement, les rendements des obligations allemandes, les autres centres d’économie de la zone euro sont en hausse, et l’on eut constaté « un ralliement » des centres financiers mondiaux à l’optimisme qui s’est étendu aux marchés boursiers, les actions asiatiques ont clôturé ce jour là, en territoire positif.

Yasmine Yasmine

(*) Egalité et réconciliation
(**) Civil war in Europe
(***)Non Stop politique

Source: Dia Algérie le 29 avril 2017


Laissez un commentaire