Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

«En une semaine, la dédiabolisation du FN a fait un pas de géant» (Le Monde)

«En une semaine, la dédiabolisation du FN a fait un pas de géant» (Le Monde)

Dans sa chronique, Françoise Fressoz, éditorialiste au « Monde », estime que quinze ans après la première qualification du FN pour le second tour, un symbole est tombé.

Pour qui a connu l’ambiance qui prévalait en France après le 21 avril 2002 – ces dizaines de milliers de manifestants qui descendaient quotidiennement dans les rues de la capitale et des villes de province pour faire barrage à Jean-Marie Le Pen et rejeter « la politique raciste et xénophobe » du Front national (FN) –, ce qui se passe en ce moment dans le pays est assez déconcertant.

Jeudi 27 avril, environ 2 000 lycéens ont défilé aux cris de « ni Marine, ni Macron, ni patrie, ni patron » pour signifier que le duel du second tour de la présidentielle ne leur convenait pas. Leur « ni ni » revient à mettre sur le même plan le candidat d’En marche ! et celle du Front national, ce qui n’est pas rien.

Même si les protestataires n’étaient pas très nombreux, un symbole est tombé : les jeunes de gauche ne sont plus unanimement mobilisés par la lutte contre l’extrême droite.

Quelques jours plus tôt, c’est Jean-Luc Mélenchon, sept millions de voix au compteur, qui avait créé la stupeur en refusant de donner une consigne de vote pour le second tour. […]

Casser le front républicain c’est aussi banaliser la candidate du Front national, qui multiplie ainsi les clins d’œil aux électeurs mélenchonistes en mettant en exergue tout ce qui les rapproche : le combat contre la mondialisation et les luttes sociales. En une semaine, la dédiabolisation a fait un pas de géant.

Le Monde


Laissez un commentaire