Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

«Si les Européens ne peuvent intégrer un million de migrants, cela révèle une crise d’identité profonde»

«Si les Européens ne peuvent intégrer un million de migrants, cela révèle une crise d’identité profonde»

Pour la juriste Marie-Laure Basilien-Gainche, professeure de droit public à l’université Lyon-III-IUF et spécialiste du droit des migrations, ce ne sont pas les étrangers qui remettent en cause notre identité, mais les Européens eux-mêmes, en reniant leurs valeurs communes.

Quand on sait qu’on va avoir de plus en plus de réfugiés – on en prévoit un milliard en 2050 avec le réchauffement climatique –, il n’y a pas trente-six perspectives : soit on ­accompagne le changement et ça se passe au mieux, soit on fait l’autruche comme on le fait aujourd’hui, et ça va être dramatique.

Il n’y a pas de crise des réfugiés, il y a une crise de l’Europe. Certes, celle-ci a été confrontée à un afflux de migrants depuis deux ans : plus d’un million en 2015, et environ 350 000 en 2016. Mais la population de l’UE, en 2015, était de 508 millions d’habitants ! Peut-on alors considérer que nous sommes submergés ?

Ce qui est vrai, c’est qu’il y a une augmentation spectaculaire des arrivées de migrants venant du Moyen-Orient et d’Afrique, et qu’il s’agit d’une population très différente de nous – culturellement, politiquement, religieusement. Il y a là une quintessence de la nature de l’étranger.

Mais si 508 millions d’habitants n’arrivent pas à intégrer un million de personnes, cela révèle que ce que l’on considère comme une puissance mondiale est en fait une puissance aux pieds d’argile, en perte de confiance par rapport à elle-même. […]

Par ailleurs, les études sont très claires : plus les pays se développent et reconnaissent les droits fondamentaux, plus leurs habitants migrent, parce qu’ils veulent aussi profiter de la mobilité dont nous profitons nous-mêmes. Enfin, sur le moyen terme, on ne peut pas faire l’impasse sur la question de savoir ce que deviennent ces populations.

Prenez l’exemple des réfugiés irakiens en Jordanie : certains sont dans des camps depuis… 1992. Quelle vie leur a-t-on offert ? Une vie de camp, ça n’a pas de sens. Il n’y a pas d’école, pas de travail, pas de formation, pas d’avenir. Est-ce qu’on n’est pas en train de traiter ces ­ réfugiés comme des sous-hommes ? Comme des indésirables ? […]

Le Monde via Fdesouche


Publicité

Commentaires (1)

 

  1. Elvis Mistouf dit :

    Bravo la juriste, il y a pas beaucoup de recul…
    Elle ne s’est pas dit que tout ceci est forcément plus complexe qu’un simple socle de « valeurs communes ». Au même niveau de pensée, elle ne devrait donc pas parler d’européens, ni d’étrangers à l’europe, mais tout simple d’hominidés, qui vivent tous sur la meme planète.
    Vive le niveau CE1.
    La bienpensance est vraiment un fléau.

Laissez un commentaire