Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

La vraie histoire de David Rockefeller que les médias ne racontent pas

La vraie histoire de David Rockefeller que les médias ne racontent pas

Tout en étant célèbre pour sa philanthropie dans les reportages des médias, le dernier petit-fils survivant du premier milliardaire américain est mort il y a deux jours, laissant derrière lui un héritage sombre indiquant comment la noblesse américaine a souvent façonner la politique derrière les coulisses.

(MPN) Personne ne peut encapsuler l’héritage durable des «barons voleurs» de l’ère industrielle tout comme David Rockefeller. Rockefeller, mort il y a deux jours à l’âge de 101 ans, était le dernier petit-fils survivant de John D. Rockefeller, le magnat du pétrole qui est devenu le premier milliardaire de l’Amérique et patriarche de ce qui est devenu l’une des familles les plus puissantes et les plus riches de l’histoire américaine. David Rockefeller, un produit indéniable de la noblesse américaine, a vécu toute sa vie dans les échelons de la société américaine, devenant symbolique de l’élite qui dirige souvent les politiques publiques à un degré beaucoup plus grand que beaucoup le réalisent, bien souvent de l’ombre.

Rockefeller a clairement indiqué qu’il préférait opérer hors du public malgré sa grande influence dans la politique américaine et internationale. En raison de son droit d’aînesse, Rockefeller a servi de conseiller à chaque président depuis Eisenhower, mais quand on lui a offert des positions puissantes telles que le président de la Réserve fédérale et le secrétaire du Trésor ; il a refusé, préférant «un rôle privé».

Comme en témoigne les nombreuses nécrologies déplorant la perte des derniers des petits-fils de Rockefeller, il a largement réussi à cacher ses méfaits les plus importants à la vue du public, comme en témoigne sa caractérisation de généreux philanthrope et banquier influent

Mais comme c’est souvent le cas, le véritable héritage de Rockefeller est beaucoup plus obsédé par la controverse que les grands médias ne semblent vouloir l’admettre. En plus d’avoir été le conseiller de tous les présidents des États-Unis pendant la majeure partie des quelque 70 dernières années, Rockefeller (une fois de plus dans les coulisses) a contribué à façonner les aspects les plus cruels de la politique américaine pendant cette période, il a également été une force majeure dans l’établissement de politiques bancaires qui ont conduit à des crises de la dette dans le monde en développement.

Rockefeller (en tant que chef de la Chase Manhattan Bank de 1969 à 1981) a travaillé avec le gouvernement et les sociétés multinationales dans le monde entier pour créer un «ordre global» sans équivoque dominé par le 1%, dont sa famille faisait partie. Comme le New York Times l’a noté dans les années 1970, Rockefeller est devenu impliqué dans la controverse quand ses voyages constants en outre-mer ont fait perdre des revenus à la banque, comme il a priorisé l’influence de la banque sur la politique étrangère.

Pendant son temps en tant que PDG de Chase, Rockefeller a contribué à jeter les bases de régimes répressifs, racistes et fascistes dans le monde entier, ainsi que l’architecture pour l’inégalité mondiale. En outre, Rockefeller a aidé à faire naître la crise de la dette des années 1980, en partie par une action directe à travers Chase Bank et indirectement par son ancien président de la Réserve fédérale, Paul Volcker. Deux ans avant l’éclatement de la crise de la dette, Rockefeller, Volcker et d’autres grands banquiers se sont rencontrés à la Conférence monétaire internationale dans les années 1980 pour plaider pour la création d’un «filet de sécurité» pour les grandes banques (comme Chase) qui étaient en proie à de mauvais prêts accordés en grande partie aux pays du monde en développement.

David Rockefeller, (au centre) alors président du Comité consultatif international de la Chase Manhattan Bank, reçoit le Prix du leadership international de 1983 décerné par Dr Henry A. Kissinger, à gauche, et Ralph A. Pfeiffer, Jr. le 9 décembre 1983. AP / Ron Frehm)

Après la crise qui a entraîné la ruine financière en Amérique latine et dans d’autres régions en développement dans le monde, Rockefeller (avec d’autres banquiers) a créé des programmes d’austérité pour «résoudre» la crise de la dette lors des réunions subséquentes IMC. Cependant, grâce au «filet de sécurité» convenablement établi des années antérieures, Chase a évité les conséquences économiques pour ses actions criminelles.

En outre, Rockefeller a soutenu les dictatures sanglantes et impitoyables du Chah d’Iran et Augusto Pinochet du Chili tout en soutenant également l’apartheid israélien. Rockefeller a ensuite fondé l’influence de la Commission trilatérale tout en servant également de force majeure au Conseil des relations extérieures qu’il, avec son ami intime Henry Kissinger, viendrait à dominer.

Ces deux organisations ont été mises à feu pour user de leur puissante influence pour créer un «gouvernement mondial» dirigé par une élite puissante et ultra-riche, accusation que David Rockefeller a confirmée comme vraie dans son autobiographie. Loin du généreux philanthrope que l’on nous vend, David Rockefeller mérite d’être rappelé pour son véritable héritage ; un membre de l’élitisme, du fascisme et de l’asservissement économique.

Source : MintPress News, traduction par Anguille Sous Roche

Publié le 23 mars, 2017 dans CFR & TC, Famille Rockefeller, Nouvel Ordre Mondial.

Publicité

Laissez un commentaire