Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Présidentielle 2017 : « Macron contre Le Pen, une bataille idéologique » selon Nigel Farage

Présidentielle 2017 : « Macron contre Le Pen, une bataille idéologique » selon Nigel Farage

L’ancien dirigeant de l’UKIP pense que l’élection présidentielle française sera une des plus importante de l’époque contemporaine, particulièrement si elle oppose la candidate FN à Emmanuel Macron au second tour.

A l’occasion d’une interview donnée à la branche britannique de RT, Nigel Farage, ex-dirigeant du parti eurosceptique UKIP et chef de file du Brexit, a fait part de son ressenti sur Marine Le Pen et ses perspectives électorales.

«Son immunité est constamment remise en question», a t-il tout d’abord déclaré, en référence à la levée de l’immunité parlementaire de la candidate FN. «Je pense que les tribunaux et les hommes politiques commettent une erreur en martyrisant ainsi les gens», a t-il expliqué, estimant que le procédé était «plutôt stupide».

Rebondissant sur l’élection présidentielle, l’eurodéputé a affirmé que cela pourrait être «une des plus importante élection de l’époque contemporaine». Selon lui, l’enjeu dépendra beaucoup de la personnalité qu’aura à affronter Marine Le Pen au second tour. «Si c’est Emmanuel Macron, ce ne sera non seulement une bataille de personnalités mais aussi une bataille idéologique», a t-il estimé, précisant ainsi sa pensée : «Emmanuel Macron croit fortement à la construction des Etats-Unis d’Europe alors que Marine Le Pen est très sceptique [sur le sujet].» (…)

L’ancien chef de file du Brexit s’est également appesanti sur la situation des migrants à Calais. «Sur les 750 enfants réfugiés que nous avons laissé entrer, seuls dix venaient de Syrie. Dix! Et beaucoup d’entre eux ont plus de 25 ans…», a t-il avancé, précisant qu’il n’était pas contre le fait d’aider les gens qui sont réellement dans le besoin, mais que les politiques actuelles ne faisaient que rajouter au problème.

Reprenant une phrase du maire du Calais qui avait déclaré à l’attention des migrants «ne venez pas ici, nous ne vous aiderons pas», il a conclu, un brin fataliste : «Cela peu paraître dur, mais c’est la bonne chose à faire.»

RT


Publicité

Laissez un commentaire

*