Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Seine-Saint-Denis : faute de bénévoles, les Restos du Cœur sont contraints de jeter des centaines de repas

Seine-Saint-Denis : faute de bénévoles, les Restos du Cœur sont contraints de jeter des centaines de repas

Les sept camionnettes, qui sillonnent la Seine-Saint-Denis, distribuent 500 repas quotidiens. Il faut au moins deux bénévoles par véhicule, soit 14 personnes. Malheureusement, les nouveaux bénévoles font défaut.

D’emblée, il insiste pour faire publier son numéro de portable* dans le journal. « Ce n’est pas grave si je reçois plein de coups de fil, au contraire, si ça marche, tant mieux ! », souffle Jean-Paul Robin, plus connu sous le surnom de « Jeannot » dans la grande famille des Restos du Cœur. A 76 ans, ce retraité — qui dirige depuis dix ans les équipes des maraudes que l’association effectue chaque soir dans le département — lance un cri d’alarme pour recruter de nouveaux bénévoles. Faute d’effectifs suffisants, ses équipes sont obligées de jeter une partie des repas ou des denrées périssables qu’elles récupèrent auprès d’organismes volontaires.

« Nos sept camionnettes, qui sillonnent la Seine-Saint-Denis, distribuent 500 repas quotidiens à nos bénéficiaires. Il faut au moins deux bénévoles par véhicule, soit 14 personnes. Les soirs où les effectifs sont incomplets, nous sommes obligés d’en laisser une au parking. Cela arrive entre 20 et 50 fois par mois et équivaut à des centaines de repas ou de denrées jetées faute d’être consommées à temps », déplore cet ancien imprimeur, qui travaille gratuitement cinquante heures par semaine pour gérer les maraudes.

Celles-ci sont différentes des distributions de nourritures organisées en journée au sein des locaux de l’association. « Le soir, on donne des repas chauds à tout le monde sans demander aucun justificatif », décrit-il. Les équipes partent à la rencontre des sans-abri sur leur lieu de vie ou stationnent à un endroit stratégique, où elles savent qu’on les attend. « Près de l’hôpital Delafontaine à Saint-Denis, on accueille environ une centaine de personnes à chaque fois », raconte Jeannot. […]

Le Parisien

Publié le 28 février, 2017 dans France, La Bourse & L'Economie, Société & Culture.

Publicité

Laissez un commentaire

*