Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Fillon accuse le gouvernement de laisser se développer un «climat de quasi-guerre civile»

Fillon accuse le gouvernement de laisser se développer un «climat de quasi-guerre civile»

Le candidat de la droite à l’élection présidentielle, François Fillon, a « accusé » dimanche le gouvernement de laisser « se développer dans le pays un climat de quasi-guerre civile » qui perturbe la campagne, après des incidents visant plusieurs candidats.

« En tant qu’ancien Premier ministre, en tant qu’élu de la Nation, j’accuse solennellement le Premier ministre et le gouvernement de ne pas assurer les conditions d’un exercice serein de la démocratie. Ils portent une très lourde responsabilité en laissant se développer dans le pays un climat de quasi-guerre civile qui ne peut que profiter aux extrêmes», estime M. Fillon dans un communiqué.

M. Fillon mentionne un meeting à Toulon « perturbé par une manifestation», celui d’Emmanuel Macron mi-février. Et ce week-end « la ville de Nantes a été mise à sac par des manifestants d’extrême gauche» opposés à la venue de Marine Le Pen, et « des bus de militants ont été attaqués sur l’autoroute par des manifestants d’une extrême violence». En outre, « tous les jours, une poignée de manifestants d’extrême gauche viennent perturber mes déplacements», déplore le candidat LR.

« Le Garde des Sceaux nous a expliqué dans la presse qu’il fallait laisser la justice travailler», relève M. Fillon, après l’ouverture vendredi d’une information judiciaire sur les soupçons d’emplois fictifs visant sa famille. Jean-Jacques Urvoas a en effet affirmé que « rien ne justifierait» une pause des investigations visant des candidats durant la campagne.

« Mais il faut aussi que le gouvernement assure les conditions du bon déroulement des élections. Et qu’il fasse respecter l’Etat de droit», a fait valoir M. Fillon.

Le Monde


Publié le 27 février, 2017 dans Conflits & Guerres, Emmanuel Macron, France, Société & Culture.

Laissez un commentaire