Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Bérénice Levet : « Macron a programmé l’obsolescence de la France, de la forme de vie proprement française »

Bérénice Levet : « Macron a programmé l’obsolescence de la France, de la forme de vie proprement française »

A Londres, Emmanuel Macron a déclaré : «L’art français, je ne l’ai jamais vu». Pour la philosophe Bérénice Levet, le candidat d’En Marche révèle par cette formule qu’il est le héraut d’un multiculturalisme postnational.

Sans vouloir dramatiser à l’excès, la situation de la France est grave. Ces élections présidentielles sont les premières après les attentats qui nous ont frappés depuis 2015 et tout se passe comme s’ils n’avaient pas eu lieu.

Il entend présider aux destinées de la France mais notre nation lui est parfaitement indifférente.

Sa vision du monde est purement économique. Il envisage notre nation comme une start-up qui aurait besoin d’avoir à sa tête un jeune cadre supérieur, dynamique, souriant, «sympa», ouvert, accueillant.

[…]

À travers ces remarques, Emmanuel Macron ou ses proches ne font-ils pas le procès de l’assimilation et n’ouvrent-ils pas la voie au multiculturalisme ?

Emmanuel Macron est totalement acquis à la conversion de la France au multiculturalisme. Même s’il n’utilise pas le mot, ses déclarations sur la culture, sur l’art sont éloquentes.

On pourrait les attribuer à de l’ignorance. Tellement infatué de lui-même, Emmanuel Macron ne se rendrait pas même compte qu’il laisse s’écailler le vernis de l’homme cultivé, philosophe, dont il aime à se recouvrir. Mais non, son propos est idéologique. Il sait ce qu’il fait. La France n’a pas d’identité, dit-il, elle n’est qu’un contenant.

Il entend présider aux destinées de la France mais notre nation lui est parfaitement indifférente. Ne nous laissons pas duper: c’est en touriste qu’il se réfère à Jeanne d’Arc, le passé ne l’oblige à rien. Il est résolu au contraire à couper les fils qui nous y relient encore, où il ne voit qu’entraves. Il est le candidat du postnational. Il a programmé l’obsolescence de la France, de la forme de vie proprement française. […]

Être adapté à la marche du monde, exhorte E. Macron, c’est-à-dire à l’ultralibéralisme économique – l’ubérisation de tous les secteurs d’activité est son projet, la flexibilité, la précarité, l’instabilité son programme – mais non moins à l’ultralibéralisme dans le domaine des mœurs. […]

Adaptation parfaite enfin, lorsque la France sera définitivement convertie au multiculturalisme, de là ses déclarations sonores et répétés sur la culture et l’art français qui n’existeraient pas, autrement dit, lorsqu’elle ne sera plus qu’une mosaïque de communautés vivant les unes à côté des autres, chacune selon ses mœurs, son calendrier et sous l’autorité, pour les unes des salafistes et des Frères musulmans. Les mœurs françaises, la religion catholique, ne seront plus que des composantes parmi d’autres d’un pays qu’on continuera, par pur nominalisme, d’appeler la France. L’identité française s’épuiserait dans la reconnaissance des droits de l’individu, et, bien entendu, de ses crimes ! […]

L’identité nationale est une identité charnelle, c’est dans les œuvres littéraires, picturales, musicales que le génie français s’éprouve, le génie c’est-à-dire l’esprit singulier, unique d’une nation et sa grandeur. L’identité nationale est une identité sensible et pas seulement intellectuelle, c’est une sensibilité et les œuvres d’art en sont le vocabulaire. Hannah Arendt disait qu’elle était allemande par la grâce des poètes, de Goethe notamment. Lorsqu’il lui a fallu posséder la langue anglaise, elle s’est mise à l’école d’Emily Dickinson, de Yeats, de Conrad…

Dans cet essai [« Le crépuscule des idoles progressistes »], je formule un vœu, il serait grand temps de reconnaître un droit des peuples, et pas seulement des individus, à la continuité historique. […]

Le Figaro


Publicité

Laissez un commentaire

*