Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Edward Snowden : Il faut combattre les “Fake News” avec la vérité, pas la censure

Edward Snowden : Il faut combattre les “Fake News” avec la vérité, pas la censure

Source : Newsweek, le 13/12/2016

Jack Dorsey, de Twitter, a rencontré l’ancien employé de la NSA et évoqué Donald Trump, les “fake news” et la possibilité d’une remise de peine.

Par Max Kutner, le 13 décembre 2016

Edward Snowden, le lanceur d’alerte controversé des documents de l’Agence de sécurité nationale (NSA), a déclaré mardi que la solution pour débarrasser l’Internet des “fake news” est la publication d’informations fiables, et non pas la censure.

Ses propos ont été tenus lors d’une interview avec Jack Dorsey, PDG de Twitter et Square, via un lien vidéo qui a été diffusé en direct sur Periscope à travers le compte Twitter @PardonSnowden.

Vêtu d’un blazer et d’une chemise sombre, Snowden a répondu aux récentes affirmations selon lesquelles des “fausses nouvelles” publiées sur des réseaux sociaux tels que Facebook ont contribué à influencer l’élection présidentielle de novembre en faveur de Donald Trump. Il n’a pas dit s’il était d’accord avec ces allégations, mais a fait remarquer qu’il craint que les entreprises technologiques utilisent les « fausses nouvelles » comme raison pour censurer le contenu des utilisateurs.

Edward Snowden parle lors d’une conférence de presse, par liaison vidéo, le 14 septembre. Le 13 décembre, il a été interviewé par Jack Dorsey, PDG de Twitter et Square.
BRENDAN MCDERMID/REUTERS

« Le problème des “Fake News” (fausses nouvelles) ne se résout pas en espérant faire intervenir un arbitre, mais plutôt parce que nous, en tant que participants, en tant que citoyens, en tant qu’utilisateurs de ces services, nous nous aidons mutuellement, » a-t-il déclaré. “La réponse à l’expression mensongère, ce n’est pas la censure. La réponse à l’expression mensongère, c’est plus d’expression. Nous devons mettre en pratique et répandre l’idée que la pensée critique est aujourd’hui plus importante que jamais, étant donné que les mensonges semblent devenir très populaires. »

Ces derniers mois, les partisans de Snowden ont demandé au président Barack Obama d’accorder le pardon à ce natif de Caroline du Nord, qui vit comme un fugitif en Russie et fait l’objet de poursuites judiciaires aux États-Unis. En 2013, Snowden a divulgué des informations sur les programmes de surveillance généralisée de la NSA, qui a eu accès aux données privées des citoyens. Pour lui, les bornes avaient été dépassées (il considérait cela comme un excès de pouvoir). Le ministère de la justice des États-Unis l’a accusé de vol de biens appartenant au gouvernement ; de divulgation non autorisée de renseignements sur la défense nationale, et de divulgation volontaire de rapports et de renseignements confidentiels à une personne non autorisée.

Depuis que les premières histoires sur Snowden sont parues dans la presse, l’ancien prestataire dit qu’il a essayé de se battre contre ce qu’il appelle les « fausses nouvelles » et autres « allégations bidons ». Il a dit au PDG de Twitter qu’il voulait publier des informations sur lui-même car il trouvait que les articles qui sortaient étaient erronés. « Quand on est le seul à vraiment savoir ce qui se passe, ce qui est vrai et ce qui n’est pas vrai, dit-il, on veut prendre la parole, on veut dire quelque chose. »

Snowden a rejoint Twitter en 2015 et est suivi par plus de 2 millions de personnes. Dorsey a souligné que Snowden ne suit qu’un seul compte : la NSA.

Les militants qui demandent la grâce de Snowden espèrent que le président Obama l’accordera à cet homme de 33 ans avant qu’il ne quitte son poste en janvier. « Snowden devrait être salué comme un héros, » affirme le site web de la campagne. “A la place, il est exilé à Moscou, et encourt des décennies de prison sous des chefs d’accusation datant de la Première Guerre mondiale qui le considèrent comme un espion.”

Le site web compte des dizaines de supporters, dont des leaders de l’industrie technologique tels que Dorsey, le cofondateur d’Apple Steve Wozniak et le co-fondateur de Kickstarter Perry Chen, ainsi que des écrivains, des acteurs et d’anciens officiels du gouvernement des États-Unis. L’Union américaine des libertés civiles (ACLU), Amnesty International et Human Rights Watch collaborent avec « Pardon Snowden » (https://www.pardonsnowden.org/).

Comme Newsweek l’a déjà indiqué, Obama n’a montré aucune intention de lever ou de réduire les accusations qui pèsent sur Snowden. Si le président ne le gracie pas dans les prochaines semaines, il est peu probable que la prochaine administration soit plus conciliante. Le président élu Donald Trump a tweeté sur Snowden plus de trois douzaines de fois, l’appelant « un traître et une honte », « un menteur et un faussaire » et « un déchet humain ». Il a aussi tweeté que Snowden “devrait être exécuté“.

Depuis la Russie, Snowden s’est concentré sur la promotion d’une presse libre. Il est maintenant directeur de la Freedom of the Press Foundation (Fondation pour la liberté de la presse), un organisme sans but lucratif basé à San Francisco qui soutient le journalisme d’intérêt public. Il a déjà parlé lors d’événements similaires à celui de mardi à travers des liens vidéo.

Interrogé mardi sur la façon dont l’administration Trump pourrait le traiter, Snowden a dit qu’il n’était pas inquiet. « Je suis très à l’aise avec les décisions que j’ai prises. Je sais que j’ai fait ce qu’il fallait. »

Source: Les Crises


Publié le 7 février, 2017 dans Fake News, Internet, PRISM, Société & Culture.

Laissez un commentaire