Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Pour faire taire les racistes, rappelez-leur que nos ancêtres étaient noirs il y a encore 8000 ans

Pour faire taire les racistes, rappelez-leur que nos ancêtres étaient noirs il y a encore 8000 ans

Les scientifiques s’accordent sur le fait que l’Homo Sapiens est né en Afrique de l’Ouest il y a environ 200 000 ans. Au départ nomades, les populations ont effectué de multiples migrations sur le continent africain, en Asie, en Europe puis sur le continent américain. Il est donc certain que nos ancêtres d’Afrique avaient la peau noire car celle-ci présente un avantage dans les latitudes très exposées aux rayons UV. L’évolution de la couleur de peau, comme toute évolution génétique, ne s’est pas faite en un jour, et la peau blanche est moins ancienne que ce que l’on peut croire…

À Saint-Louis, dans l’État du Missouri aux États-Unis, lors de la 84e réunion annuelle de l’Association Américaine des Anthropologues Physiques (American Association of Physical Anthropologists), le travail qui a permis d’éclaircir l’évolution des Européens a été présenté. En effet, une nouvelle étude a permis de démontrer que la peau blanche, la haute taille, la capacité à digérer le lait à l’âge adulte ainsi que d’autres caractéristiques ne sont apparues que récemment sur le continent européen. Un certain nombre de preuves montrent que la plupart des Européens d’aujourd’hui ne ressemblent pas à ceux d’il y a 8 000 ans.

Le séquençage du génome de 83 individus de différents sites archéologiques en Europe a apporté énormément de précisions sur les origines des peuples d’Europe. La comparaison de ces génomes a permis de distinguer au moins trois anciens peuples de chasseurs-cueilleurs et d’agriculteurs qui auraient migré vers l’Europe séparément durant les 8 000 dernières années. C’est le mélange de ces populations qui aurait donné naissance aux Européens d’aujourd’hui.

L’équipe de chercheurs a ensuite recherché les gènes ayant subi une grande sélection naturelle. Ils ont comparé les génomes des anciennes populations européennes avec d’autres plus récents, du Projet 1000 Génomes (1000 Genomes Project). Au laboratoire d’Harvard de génétique des populations de David Reich, cinq gènes associés avec des changements de régime et de pigmentation de la peau ont été identifiés par le chercheur Iain Mathieson comme ayant subi une forte sélection naturelle.

D’après les scientifiques, les agriculteurs ayant migré du Proche Orient, il y a 7 800 ans, et les éleveurs ayant migré des steppes du nord de la Mer noire, il y a 4 800 ans, ne possédaient pas la version du gène LCT permettant la digestion du lactose. Ce n’est qu’il y a 4 300 ans que la tolérance au lactose s’est opérée chez les Européens.

Pour ce qui est de la couleur de peau, l’évolution est plus compliquée. Il est présumé que les individus venant d’Afrique et ayant migré en Europe, il y a 40 000 ans, avaient la peau noire. De nouvelles données confirment qu’il y a 8 500 ans, les chasseurs-cueilleurs d’Espagne, du Luxembourg et de Hongrie avaient eux aussi la peau noire. En effet, ils ne possédaient pas les gènes caractéristiques de la peau claire.

Jusqu’à il y a 5 800 ans, le 2e gène SLC45A2, distinctif de la peau blanche, n’était présent qu’à un niveau très bas en Europe, c’est plus tard qu’il s’est répandu. La population migrante du Proche Orient possédait les deux gènes de la peau claire, c’est donc après son arrivée et son mélange avec les populations de chasseurs-cueilleurs que le premier gène SLC24A5 s’est répandu et donc que les individus d’Europe centrale et du Sud ont évolué vers une peau plus claire.

Dans le grand nord, plus précisément en Suède, où le niveau d’ensoleillement est faible, l’équipe de chercheurs a étudié les gènes de 7 individus chasseurs-cueilleurs datant d’il y a 7 700 ans. Non seulement, ils ont la version des deux gènes qui est caractéristique d’une faible pigmentation de la peau, mais en plus ils ont la version du gène HERC3/OCA2, qui donne les yeux bleus et qui pourrait contribuer à la peau pâle et aux cheveux blonds. Ce qui prouve qu’il y avait donc une différence de couleur de peau liée à la géographie.

« L’émergence de la peau dépigmentée est due à un étonnant mélange entre diverses populations dispersées dans le nord de l’Europe », d’après la paléontologue Nina Jablonski. Cette étude fascinante nous prouve que, mis à part pour les populations du nord de l’Europe, la peau blanche est une caractéristique physique très récente en Europe, qui s’est développée grâce aux mélange de plusieurs groupes de personnes… N’en déplaise aux racistes !

Sources: Daily Geek Show & Science Mag


Publié le 3 février, 2017 dans Europe & UE, Génétique, ONU, Science.

Laissez un commentaire