Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Présidentielle : les pouvoirs publics veulent « éviter la propagation » de « fake news » pour éviter d’influencer le scrutin

Présidentielle : les pouvoirs publics veulent « éviter la propagation » de « fake news » pour éviter d’influencer le scrutin

Les autorités prennent les fausses informations au sérieux. Selon L’Express, la direction interministérielle des systèmes d’informations et de communication de l’État (DISIC), le ministère de l’Intérieur et l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI) souhaitent rencontrer les représentants de Facebook, Google, YouTube et DailyMotion. L’objectif est d’éviter la propagation et la mise en avant par le biais des algorithmes de référencement de contenus de désinformation susceptibles de manipuler l’opinion et d’influencer l’élection présidentielle en cas de scrutin serré.

Confirmant les informations de L’Express, l’ANSSI explique à RTL.fr qu’il s’agit d’une « démarche de bon sens, engageante pour personne, permettant de partager nos inquiétudes et notre vision des choses pour voir s’il est possible de trouver des solutions à court terme afin d’éviter les effets pervers de la manipulation de l’information » mais qu’il n’est pas question de mettre en place « un contrôle de l’information ». Une première rencontre informelle est prévue la semaine prochaine entre des représentants de la DISIC et Google. Cette initiative s’inscrit dans un processus plus large visant à anticiper les risques de piratage du scrutin. […]

En France, Alain Juppé et François Fillon ont subi pendant la campagne pour la primaire de la droite et du centre des attaques sur leur supposée collusion avec des organisations islamistes radicales à travers la diffusion de vidéos sur YouTube et d’articles sur les réseaux sociaux les caricaturant en « Ali Juppé » et « Farid Fillon ». Idem à gauche où Benoît Hamon et Emmanuel Macron sont grimés en « Bilal Hamon » et « Djamel Macron ». La problématique est prise au sérieux par les équipes des candidats. Une page du site internet de François Fillon est désormais dédiée à la lutte contre les rumeurs et les déformations afin de véhiculer la communication officielle du candidat Les Républicains sur les thématiques visées par ces intox. […]

RTL via Fdesouche


Publicité

Laissez un commentaire