Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Le prof envoyait des sextos à un élève de 12 ans…il n’ira pas en prison

Le prof envoyait des sextos à un élève de 12 ans…il n’ira pas en prison

Un professeur de Castres a été condamné mercredi à deux ans de prison avec sursis pour « corruption de mineur ». Il avait harcelé un élève de 12 ans avec des SMS salaces pendant quatre mois avant d’être dénoncé par le collégien.

Un jeune garçon, élève de 6e, âgé de 12 ans au moment des faits, a été harcelé par son prof via des SMS salaces pendant quatre mois, selon La Dépêche du Midi.

L’affaire remonte à 2014 et a eu lieu au collège Jean-Monnet de Castres, dans le Tarn. L’enseignant en histoire-géographie, aujourd’hui âgé de 46 ans, a été jugé mercredi devant le tribunal correctionnel pour « corruption de mineur ». Divorcé et père de trois enfants, il a refait sa vie avec une nouvelle compagne depuis.

Avec des photos

Les SMS à connotation sexuelle étaient parfois accompagnés d’une photo. Des mails ont suivi, puis des invitations, refusées par le garçon, à se rejoindre via une caméra devant Skype. Le collégien a esquivé pendant plusieurs semaines son harceleur, avant d’oser se confier à une amie puis aux responsables de l’établissement.

Le professeur a été condamné à deux ans de prison avec sursis assortis d’un suivi socio-psychologique de cinq ans avec obligation de soins. Il a été radié de l’Education nationale après la découverte des faits.

L’enquête a établi qu’il était accro aux réseaux sociaux et aux «tchats» en direct à caractère sexuels avec des inconnus adultes, hommes ou femmes. Il fréquentait aussi certains sites pédophiles.

Il est désormais inscrit au fichier des délinquants sexuels et interdit d’exercer pendant une décennie un métier en relation avec les mineurs. Et bien sûr, il ne doit pas entrer en contact avec sa jeune victime, qui fait aujourd’hui l’objet d’un suivi psychologique.

Source: Le Dauphiné via Fawkes News

Publié le 20 janvier, 2017 dans Education, France, Justice & Forces de l'ordre, Pédophilie, WTF.

Publicité

Laissez un commentaire

*