Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Vive Vladimir Poutine, la guerre en Syrie est terminée après des années de conflit

Vive Vladimir Poutine, la guerre en Syrie est terminée après des années de conflit

Vladimir Poutine a annoncé la signature d’un accord jeudi. L’armée syrienne a confirmé sa mise en oeuvre totale à partir de minuit.

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé jeudi 29 décembre un accord de cessez-le-feu entre le régime syrien et l’opposition armée en Syrie, pilonnée par la guerre depuis 2011, ont rapporté les agences de presse russes. « Trois documents ont été signés : le premier est entre le gouvernement syrien et l’opposition armée sur le cessez-le-feu sur l’ensemble du territoire syrien », a déclaré Vladimir Poutine en précisant qu’un autre document porte sur des négociations de paix.

L’armée syrienne a immédiatement confirmé « un arrêt total des opérations militaires » qui doit entrer en vigueur à minuit sur tout le territoire syrien, selon un communiqué publié par l’agence de presse officielle Sana. Ce cessez-le-feu exclut toutefois les djihadistes du groupe État islamique (EI) ainsi que ceux du Front al-Nosra, l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda rebaptisée Fateh al-Cham, selon le communiqué. La Coalition nationale syrienne (CNS), la principale formation de l’opposition en exil, a également réagi favorablement. « La coalition nationale apporte son soutien à l’accord, et appelle toutes les parties à s’y soumettre », a précisé son porte-parole Ahmad Ramadan.

Réduction de la présence militaire russe

Par ailleurs, Vladimir Poutine a annoncé une « réduction » de la présence militaire russe en Syrie, où l’armée mène une campagne de frappes aériennes en soutien au régime de Damas depuis septembre 2015. « Je suis d’accord avec la proposition du ministère de la Défense sur une réduction de notre présence militaire en Syrie », a indiqué Vladimir Poutine, lors d’une rencontre télévisée avec ses ministres de la Défense et des Affaires étrangères. Mais « nous allons absolument poursuivre la lutte contre le terrorisme international », a-t-il précisé.

Plus tôt, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu avait annoncé sur la chaîne de télévision A Haber qu’Ankara et Moscou travaillaient à la mise en place d’un cessez-le-feu « avant le début de la nouvelle année ». Mercredi, l’agence de presse progouvernementale turque Anadolu avait annoncé la conclusion d’un accord de cessez-le-feu dans toute la Syrie par Moscou et Ankara, ce que les principaux acteurs du conflit n’avaient pas confirmé.

Mevlüt Cavusoglu a assuré qu’en cas de succès cet accord conduirait à des négociations politiques entre le régime de Damas et l’opposition syrienne à Astana, au Kazakhstan. Ces négociations ne sont pas « une alternative à Genève » où doivent se dérouler des négociations sous l’égide de l’ONU en février, a néanmoins souligné le ministre. « C’est une étape complémentaire. Les négociations à Astana se feront sous notre supervision », a-t-il ajouté en précisant que la liste des participants à ces négociations n’était pas encore arrêtée. Mevlüt Cavusoglu a répété que la Turquie poursuivait ses efforts avec la Russie pour obtenir un cessez-le-feu, ajoutant que Moscou serait le « garant » du régime de Damas, quel que soit l’accord trouvé.

« Hors de question » d’échanger avec Bachar el-Assad

Le chef de la diplomatie turc n’a pas donné plus de détails concernant le cessez-le-feu, mais a ajouté que la Turquie serait également garante de l’accord. La Russie et la Turquie sont très impliquées dans le conflit syrien, où elles soutiennent des parties adverses : Ankara appuie les rebelles tandis que Moscou, tout comme l’Iran, est un proche allié de Damas. La coopération russo-turque a permis la conclusion d’un cessez-le-feu il y a deux semaines à Alep, permettant l’évacuation de milliers de personnes des quartiers tenus par les rebelles. Cette coopération sur le dossier syrien s’est intensifiée ces derniers mois, après une crise due à la destruction d’un avion russe par la Turquie à la frontière turco-syrienne fin 2015.

La Turquie est restée silencieuse lorsque le président Bachar el-Assad a obtenu sa plus grande victoire contre la rébellion depuis le début du conflit en reprenant la totalité d’Alep, la semaine dernière, grâce à l’aide russe. Mevlüt Cavusoglu a néanmoins affirmé qu’il était « hors de question » pour la Turquie d’échanger avec Bachar el-Assad. Depuis le début de la guerre en mars 2011, le conflit en Syrie a fait plus de 310 000 morts et a poussé des millions de Syriens à l’exil.

Source


Publié le 29 décembre, 2016 dans Conflits & Guerres, Russie, Syrie, Turquie.

Laissez un commentaire