Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Stephen Hawking : « Les oubliés ont pris la parole pour rejeter unanimement les élites qui les dirigent »

Stephen Hawking : « Les oubliés ont pris la parole pour rejeter unanimement les élites qui les dirigent »

Dans une tribune publiée par le Guardian, le célèbre scientifique alerte les élites mondiales et les demande de faire preuve de plus de modestie après le Brexit et l’élection de Donald Trump.

Dans une tribune publiée par le Guardian, Stephen Hawking alerte les élites mondiales et les demande de faire preuve de plus de modestie après le Brexit et l’élection de Donald Trump.

Selon le professeur de Cambridge, le changement général de politique dans le monde montre que la majorité des êtres humains se sentent complètement abandonnés par les dirigeants et ne leur font pas confiance.

C’est pourquoi il estime que rejeter ces deux votes récents sous prétexte qu’il s’agit d’une « expression de populisme brut » constituerait « une terrible erreur » de la part des élites.

« Nous vivons dans un monde où les inégalités financières s’accroissent (…) et beaucoup de gens peuvent voir non seulement leur niveau de vie, mais aussi leur capacité à plus généralement gagner leur vie, disparaître », constate le physicien. « Nous vivons un moment où les oubliés ont pris la parole pour rejeter unanimement les élites qui les dirigent », explique Stephen Hawking, ajoutant que « l’aspect le plus préoccupant de cette situation est que désormais, plus qu’à n’importe quel moment de notre histoire, notre espèce a besoin de cohésion ».

Les défis environnementaux et « l’importance de la modestie »

Outre, le célèbre scientifique affirme que l’humanité est actuellement confrontée « à d’énormes défis environnementaux » : le changement climatique, la production alimentaire, la surpopulation, la disparition d’espèces, les maladies épidémiques et l’acidification des océans. « Tous ces facteurs nous rappellent que nous nous situons bien au moment le plus dangereux du développement de l’humanité », déclare-t-il.

Selon lui, ils ne peuvent être résolus que collectivement. « Il est possible que dans quelques centaines d’années, nous aurons établi des colonies humaines dans le cosmos ou sur d’autres planètes. Mais pour le moment, nous n’avons qu’une seule et même planète et nous nous devons de nous serrer les coudes pour la préserver », explique Stephen Hawking. « Nous pouvons surmonter ces défis. Je dis cela car j’ai toujours été optimiste. », ajoute-t-il, en demandant aux élites, de Londres à Harvard, de Cambridge à Hollywood « de tirer les leçons de l’année écoulée et d’apprendre, avant tout, l’importance de la modestie ».

L’intelligence artificielle anéantirait les emplois de la classe moyenne

En même temps, le chercheur britannique souligne que l’intelligence artificielle et l’automatisation croissante de la société qui progresse à une vitesse fulgurante finiront par anéantir les emplois de la classe moyenne et aggraver les inégalités. Cette situation risquerait de créer un bouleversement politique significatif partout dans le monde, selon Stephen Hawking. « Nous devons aider les gens à se reprendre pour créer un monde nouveau et à les soutenir financièrement dans leur démarche », clame-t-il.

Ce n’est pas la première fois que le scientifique se déclare perplexe face au Brexit et à l’élection de Donald Trump. Il reproche à ce dernier notamment son intention de sortir de l’accord sur le climat conclu à Paris en décembre 2015. Dans un entretien à la chaîne britannique ITV en mai dernier, il avait qualifié le futur président américain de « démagogue qui semble en appeler au plus petit dénominateur commun ».

Atlantico


Laissez un commentaire