Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Le FBI peut désormais pirater n’importe quel dispositif aux USA et potentiellement à l’étranger

Le FBI peut désormais pirater n’importe quel dispositif aux USA et potentiellement à l’étranger

Le FBI et les agences américaines d’application de la loi viennent de gagner en puissance de piratage, alors que ce jeudi 1er décembre, un changement dans les Règles fédérales de procédure pénale vient d’entrer en vigueur. Ce changement permet en effet à un juge fédéral de délivrer un mandat de perquisition au FBI et ses pairs pour pirater des dispositifs en dehors de sa juridiction. En principe, les magistrats peuvent ordonner des perquisitions uniquement dans la juridiction de leur cour, qui est généralement limitée à quelques comtés.

fbi-sm

Ce changement a été initié à la demande du département américain de la justice (DOJ), pour qui cela offrirait un moyen de suivre les criminels utilisant des technologies d’anonymisation pour masquer l’emplacement de leurs ordinateurs ou smartphones. C’est le sentiment partagé par James Comey, le directeur du FBI. Il a apporté son soutien à ce changement de règles, disant que cela donnera aux organismes d’application de la loi un outil précieux pour lutter contre les crimes. James Comey estime en effet que le fait que ces agences soient incapables de fouiller dans des ordinateurs distants est problématique pour certaines enquêtes très importantes. Si le FBI doit par exemple enquêter sur un réseau d’ordinateurs, James Comey pense que l’enquête peut être entravée s’il faut aller voir des dizaines de magistrats différents pour avoir un mandat de perquisition, ou s’ils ne savent pas vers quel magistrat se tourner parce qu’il y a une incertitude sur la localisation du dispositif ciblé. Cet amendement donc va autoriser le FBI à se servir des techniques d’investigation du réseau (network investigative techniques, NIT) pour fouiller à distance des ordinateurs situés dans n’importe quelle juridiction.

L’amendement a été approuvé par la Cour suprême US en avril dernier, pour prendre effet le 1er décembre à moins que le Congrès ne décide de le rejeter. Il a bien sûr suscité des critiques dans le camp des défenseurs de la vie privée. Pour le sénateur démocrate Ron Wyden, « ces changements auront des conséquences importantes sur la vie privée des Américains ainsi que l’étendue des pouvoirs du gouvernement pour assurer la surveillance et les fouilles à distance des appareils électroniques ». « Je prévois d’introduire une législation pour inverser ces modifications sous peu, et de demander des détails sur ce processus opaque d’autorisation et d’utilisation de techniques de piratage par le gouvernement », a-t-il promis après la décision de la Cour suprême en avril dernier. Mais les efforts de Ron Wyden, soutenu par deux autres sénateurs, ont échoué.

Le sénateur Ron Wyden a tenté à trois reprises de retarder les changements. Hier mercredi, Wyden et les deux autres sénateurs ont également essayé de voter un projet de loi pour arrêter ou retarder le changement des règles fédérales de procédure pénale. Mais leurs efforts ont été bloqués par le sénateur John Cornyn du Texas, le numéro deux de l’opposition républicaine au Sénat. L’amendement est donc entré en vigueur aujourd’hui pour donner la possibilité aux juges américains de délivrer des mandats de perquisition qui donnent au FBI et ses pairs le pouvoir d’accéder à distance aux ordinateurs dans n’importe quelle juridiction, et potentiellement à l’étranger.

Wyden considère cet amendement comme « l’une des plus grosses erreurs de la politique de surveillance [des États-Unis] depuis des années ». Le gouvernement aura « une autorité sans précédent pour pirater les téléphones personnels, les ordinateurs et d’autres appareils des Américains », dit-il. Il craint également un abus de l’administration Trump, étant donné que le nouveau président américain a « ouvertement dit qu’il veut le pouvoir de pirater ses adversaires politiques de la même manière que la Russie ».

Source : Reuters

Publié le 2 décembre, 2016 dans Cyber Guerre, Etats-Unis, Internet, Justice & Forces de l'ordre.

Publicité

Laissez un commentaire

*