Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Syphilis : les IST bactériennes en hausse en France

Syphilis : les IST bactériennes en hausse en France

couple-heureux

Les infections sexuellement transmissibles (IST) bactériennes sont en hausse en France depuis plusieurs années déjà. En effet, la gonococcie connaît une recrudescence depuis 1998, la syphilis revient depuis 2000 et la lymphogranulomatose vénérienne (LGV) émerge depuis 2003.

Mais comment ces infections ont-elles évoluées ces dernières années ? Un numéro spécial du bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’agence Santé publique France est paru le 29 novembre 2016, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le Sida qui aura lieu jeudi 1er décembre. Un des articles décrit les caractéristiques des patients touchés par les IST bactériennes, des infections souvent associées au VIH. D’après les données récentes, les IST bactériennes continuent leur progression en France.

Une hausse liée à des pratiques à risque

En 2015, le nombre de syphilis précoces, de gonococcies et de LGV a augmenté, notamment chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH). Ces tendances sont comparables au Royaume-Uni où il y a eu des hausses respectives de 95 %, 105 % et 81 % de la syphilis, des gonococcies et des LGV chez les HSH entre 2012 et 2014. Chez cette population d’hommes, les co-infections sont fréquentes entre le VIH et les IST bactériennes (Chlamydia, syphilis et gonococcie), ce qui serait lié à un manque de protection par le préservatif. Les auteurs suggèrent un dépistage précoce des patients et des partenaires.

Les cas d’IST bactériennes sont plus rares chez les hétérosexuels, mais la syphilis et l’infection à gonocoque sont aussi en augmentation chez eux. La gonococcie affecte plutôt des personnes jeunes. L’infection à Chlamydia a pour particularité de concerner plus de femmes que d’hommes, mais elle est en augmentation chez les deux sexes depuis 2006. Les femmes de 15 à 24 ans sont particulièrement touchées.

Source: Futura Science

Publié le 30 novembre, 2016 dans France, Homosexualité & Lobby Gay, Santé.

Publicité

Laissez un commentaire

*