Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Comment les astrologues tentent d’étouffer l’émergence d’un treizième signe du zodiaque

Comment les astrologues tentent d’étouffer l’émergence d’un treizième signe du zodiaque

Si l’astrologie collait un peu plus à l’astronomie, il n’y aurait pas douze signes du zodiaque mais treize, et des dates bouleversées…

espace-astro

Vous vous apprêtez à fêter votre anniversaire. Vous pensez donc, naïvement, être un bon vieux Sagittaire. Sincère, optimiste et indépendant(e)… Hé ben NON. Si vous êtes né(e) entre le 30 novembre et le 18 décembre, vous êtes Serpentaire, ou Ophiuchus, du nom de la treizième constellation comprise dans l’écliptique (aussi appelée zodiaque), cette bande de ciel « traversée » par le soleil, en une année.

Si vous êtes né(e) entre le 24 et le 29 novembre, vous êtes Scorpion. La révélation fait mal. Je sais. Moi-même, Gémeaux au cœur tendre j’ai eu la douleur d’apprendre que j’étais en réalité Taureau.

Que s’est-il passé pour que tous nos repères vacillent ainsi ? Une coupable toute trouvée : la Nasa. L’agence spatiale américaine a révélé, en janvier 2016, de nouveaux calculs de la précession des équinoxes, phénomène bien connu de changement de direction de l’axe de rotation de la Terre au cours du temps. Ainsi, depuis 2.500 ans et l’époque à laquelle les signes astrologiques ont été fixés, les dates du passage du Soleil dans les constellations du zodiaque ont changé.

A en croire les calculs de la Nasa, si vous êtes né entre 19 avril et le 14 mai, vous êtes Bélier ; du 15 mai au 21 juin, vous êtes Taureau ; du 22 juin au 20 juillet vous êtes Gémeaux ; du 21 juillet au 10 août vous êtes Cancer ; du 11 août au 16 septembre vous êtes Lion ; du 17 septembre au 31 octobre vous êtes Vierge ; du 1er novembre au 23 novembre vous êtes Balance ; du 24 novembre au 29 novembre vous êtes Scorpion ; du 30 novembre au 18 décembre vous êtes Serpentaire ; du 19 décembre au 20 janvier vous êtes Sagittaire ; du 21 janvier au 16 février vous êtes Capricorne ; du 17 février au 12 mars vous êtes Verseau ; du 13 mars au 18 avril vous êtes Poissons.

Pour autant, la Nasa précise bien que les signes astrologiques n’ont rien à voir avec l’astronomie. Ainsi, si l’on s’en tient à la course du soleil dans le zodiaque, il ne passe, par exemple, qu’une semaine dans le Scorpion. Les astrologues antiques auraient donc décidé d’ignorer Ophiuchus dans le but de garder douze signes équitablement répartis sur le calendrier terrestre. La « révélation » de la Nasa n’a ainsi en réalité que remis en lumière une vieille convention astrologique.

« La Nasa, j’en ai rien à carrer »

Serge Bret-Morel, astrologue repenti et auteur du livre Astrologie : la fin des mystères met les points sur les i de « astrologie » et « astronomie » : « Les astrologues utilisent l’argument de la tradition, ou plutôt de l’ancienneté, pour justifier l’utilisation de douze signes. Mais ce choix est critiquable. D’un point de vue astronomique, ça ne tient pas la route. L’astrologie n’est pas une science. Les astronomes utilisent des techniques scientifiques pour repérer des corps célestes, alors que les astrologues se servent de symboles pour établir des interprétations. » Quant aux fameux signes, plus ou moins liés à des constellations, Serge Bret-Morel fait remarquer qu’ils n’ont rien de scientifique non plus : « Les constellations sont des produits culturels, il y en a autant qu’on veut en réalité. »

Dans la logique d’un astrologue, tout ceci est affaire de « tradition » : « Je n’ai que faire des calculs de la Nasa, explique André Wagner, astrologue parisien. Je m’appuie sur une science divinatoire qui puise sa force et sa source dans l’âge des temps humains. » Ça ne veut rien dire ? Pas grave. « L’astrologie est une culture qui traverse toutes les cultures, la psychologie moderne ne l’a pas détruite, ni la science astrologique », poursuit André Wagner.

« Le travail des astrologues consiste à justifier le pourquoi de leurs interprétations, explique Serge Bret-Morel. C’est presque de la poésie. Le jargon technique qu’ils utilisent est parfois source de confusion. Les astrologues sidéralistes par exemple utilisent toutes les constellations connues, il y en plus de 80, et pas seulement les planètes. Mais ajouter des facteurs ne donne pas plus de valeur aux prédictions astrologiques. »

Charmer le Serpentaire

Pour autant, étant donné le succès des très nombreux articles qui ont succédé à celui de la Nasa, on pourrait imaginer les astrologues séduits, ou au mieux curieux, à l’idée d’utiliser un calendrier astrologique « validé » par la science astronomique.

On a appelé quelques astrologues avec une simple question : Pourquoi n’intégrez-vous pasle signe du Serpentaire dans votre zodiaque ? Les réponses varient de l’agacé « Je n’ai pas de temps à perdre avec des journalistes scientistes et obtus », au plus agressif « Vos minables manœuvres idéologiques de déstabilisation sont pathétiques et dérisoires. » Serge Bret-Morel nous explique : « Le milieu astrologique est anarchique. Il n’y a ni porte-parole, ni syndicat, ni école. Il y a de nombreuses querelles de clochers, de courants. Les rares astrologues qui adoptent aujourd’hui un treizième signe du zodiaque scient la branche sur laquelle ils sont assis. »

A force de chercher, notamment via les quelques sites renseignant les curieux sur ce mystérieux signe du Serpentaire, on a dégotté un astrologue qui adopte le « vrai » calendrier du zodiaque. Problème, il ne veut pas nous définir le caractère d’un Serpentaire imaginaire : « Ce ne serait pas déontologique. » En revanche il propose de faire, « gratuitement, à titre exceptionnel » une séance pour moi et ma déontologie.

Vade Retro Virgo

Né un 10 Juin, j’étais, jusqu’à présent un Gémeaux ascendant Gémeaux. D’après mon nouveau thème astral, je suis devenu un Taureau, ascendant Serpentaire. Je suis généreux, sociable mais aussi colérique et parfois paresseux. Les Vierge me sont nocifs (ma femme est Vierge, lol), à part les Vierge ascendant Serpentaire. Et les Gémeaux sont mes faux alter ego, sauf les Gémeaux ascendant Serpentaire qui sont mes âmes-soeurs. Le reste est confidentiel.

A force de questions, peut-être teintées de scepticisme taquin, l’astrologue serpentarien refuse d’être cité dans cet article : « Je n’ai pas besoin de publicité. Les gens qui viennent me voir m’accordent leur confiance parce que je ne triche pas. Comme tout le monde, il m’arrive de douter. Mais certaines de mes observations sont tangibles. » Comme de nombreux astrologues « modernistes », cet adepte du calendrier réformé (qu’il appelle « phénicien »…) s’appuie égalementsur la philosophie et la psychologie. Plutôt qu’une pratique purement divinatoire, son astrologie est une sorte de conversation réconfortante et vaguement mystique.
Max la menace

Convaincu qu’intégrer le signe du Serpentaire pourrait révolutionner le business de l’astrologie, je retourne à mon annuaire des astrologues pour une série de coups de téléphone inquisiteurs : Pourriez-vous me recommander un astrologue qui intègre le signe du Serpentaire ? Cette fois, les réactions sont plus violentes, voire menaçantes. « Vous ne mesurez pas à quoi vous vous frottez », « Votre requête est ridicule et dangereuse », « Je ne ferai pas cet article à votre place ». Mazette ; Y aurait-il une omerta sur l’Ophiuchus ? Même dans l’anime culte Les Chevaliers du Zodiaque, le mystérieux personnage représentant Ophiuchus voit son existence mise en doute.

« Bien sûr que vous pouvez créer une nouvelle école d’astrologie qui intégrerait le Serpentaire, nous rassure Serge Bret-Morel. Mais plutôt qu’une motivation commerciale, il faut être armé d’une croyance. Les gens réagissent surtout au charisme de l’astrologue. Ça se joue là. » Sur les nombreux forums de spécialistes dédiés à l’astrologie, le sujet du Serpentaire a pourtant du mal à émerger. Le plus souvent tournés en ridicule, traités de charlatans inconséquents voire de doux dingues inoffensifs, les adeptes du Serpentaire qui commenceraient à trop se faire remarquer sont rappelés à l’ordre.

Le rédacteur en chef d’un des principaux sites d’information sur l’actualité de l’astrologie a reçu de nombreuses pressions pour retirer les articles liés au Serpentaire. Il s’est exécuté en arguant d’un « consensus éthique sur la question », nous explique-t-il. L’astrologue Michel Lamarque appelle, lui, à la délation : « Si vous entendez parler de ce type de pratique, je vous conseille de prévenir le plus grand nombre de confrères pour prendre des mesures », plaide-t-il sur plusieurs forums. Parce qu’il contredirait des décennies de prédictions et parce qu’il casserait le système équitable de douze signes sur douze mois, le Serpentaire n’arrange pas les astrologues. Et la campagne de presse des derniers mois sur le mystérieux Ophiuchus a finalement tourné court. « Normal, explique André Wagner. Tous ces journaux, dont le vôtre, achètent nos horoscopes parce qu’ils plaisent à leurs lecteurs. »

Source: 20 Minutes

Publié le 26 novembre, 2016 dans Astrologie, Astronomie, Astrothéologie, Espace, NASA, Vidéos.

Publicité

Laissez un commentaire

*