Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Montebourg va se rendre en Algérie sur les traces de ses ancêtres

Montebourg va se rendre en Algérie sur les traces de ses ancêtres

Candidat à la primaire du PS, Arnaud Montebourg sera les 10 et 11 décembre prochain en Algérie, d’où est originaire sa mère.

montebourg

Dans le cadre de sa campagne, Arnaud Montebourg effectuera une visite en Algérie les 10 et 11 décembre prochain. Ce ne sera pas sa première visite sur place, loin de là. Mais cette fois-ci, l’accent sera posé sur ses racines familiales. L’ancien ministre du redressement productif est en effet le fils de Michel Montebourg, originaire du Morvan, et de Leïla Ould Cadi, née à Oran en 1939. Son grand-père, Khermiche Ould Cadi, vient d’une famille berbère d’Algérie. Le 9 octobre dernier sur M6, il est revenu sur cette histoire familiale.

«C’était un arabe qui s’était engagé dans l’armée française avant la guerre, dans les années trente. Il avait été envoyé en France et il y a épousé une femme française, une blonde aux yeux bleus», a raconté Arnaud Montebourg. Ce grand-père, était à l’en croire un homme «fort». «Il mangeait de tout. La religion pour nous, c’était quelque chose qui n’existait pas. C’était un homme qui n’avait pas besoin de Dieu pour se suffire à lui même», a insisté Arnaud Montebourg. «Il était fort, il avait une voix forte, il était un peu exubérant. Il m’a transmis le goût de la voix forte qui porte». Son grand-père «avait vécu des épreuves dans sa vie». «La guerre d’Algérie, a-t-il poursuivi, ça a été une épreuve pour toute cette génération… Ou qu’on soit. Moi quand je l’ai connu, il portait le béret. C’était un peu curieux comme mélange. Il avait choisi la France.» «Moi, a expliqué le candidat, je me sent des deux rives un peu…»

En 2011 sur BeurFM, il avait raconté l’histoire légèrement différente d’un grand-père qui avait «porté l’uniforme français et combattu pour la France». «Et puis après, avait-il alors poursuivi, pendant la guerre d’Algérie, il était du coté du FLN. (…) C’est-à-dire, il a finalement été l’un de ceux qui (…) s’est battu pour la décolonisation.» «Je ne suis pas de ceux, avait-il encore ajouté, qui acceptent l’idée qu’il y ait une sorte de catho-laïcité, c’est-à-dire une laïcité stigmatisante pour d’autres religions que la religion majoritaire dans notre pays».

Le Figaro

Publié le 19 novembre, 2016 dans Islam, Maghreb, Politique & Loi, Présidentielle Française 2017.

Publicité

Laissez un commentaire

*