Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Etats-Unis : 40 ans de prison pour avoir tué le violeur de sa fille

Etats-Unis : 40 ans de prison pour avoir tué le violeur de sa fille

Jusqu’au bout, ce père américain de 43 ans a tout fait pour protéger sa fille. Mais un tribunal de l’Alabama lui a rappelé lundi qu’on ne peut se faire justice soi-même. Le «Cullman Times» rapporte que Jay Maynor a été condamné à 40 ans de prison pour avoir tué le violeur de sa fille. Les faits remontent à 2014.

Ce jour-là, le père, Jay Maynor, a d’abord tiré sur Raymond Earl Brooks dans une épicerie, puis il l’a suivi jusqu’à chez lui, où il l’a tué. En 2002, la victime avait plaidé coupable d’abus sexuels sur la fille de l’accusé, encore toute petite. Elle avait 8 ans lorsque l’homme a été interpellé pour l’avoir violée durant plusieurs années. A l’issue de son procès, il avait été condamné à 5 ans de prison et avait été remis en liberté après 27 mois.

violeur-tue

(Jay Maynor, 43 ans, le père; Raymond Brooks, 59 ans, le violeur)

Selon AL.com, le père de la jeune femme désormais âgée de 24 ans mère de trois enfants, a accepté de plaider coupable de meurtre pour éviter à sa fille de devoir témoigner au procès et se replonger dans l’horreur. «Mon père me protégeait, comme un père devait le faire. C’est un père merveilleux, le meilleur. Il nous aime tous tellement. J’ai essayé de suivre une thérapie et cela n’a pas marché. Je revis ces instants chaque jour. J’ai du mal à sortir de mon lit le matin», a confié la jeune femme à AL.com. «J’ai surmonté un syndrome de choc post-traumatique et je revis ça encore et encore. Mon mari et moi divorçons à cause de tout ça. Je l’ai poussé hors de ma vie à cause de ça», a-t-elle ajouté sur WVTM13. «Je le rends malheureux, avec ma vie malheureuse», a-t-elle encore confié.

Paris Match

Publié le 19 novembre, 2016 dans Etats-Unis, Justice & Forces de l'ordre, Pédophilie.

Publicité

Laissez un commentaire

*