Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

La Rochelle (17) : Le convoi d’Hollande à l’origine de la mort d’un homme ?

La Rochelle (17) : Le convoi d’Hollande à l’origine de la mort d’un homme ?

La famille d’un défunt de 83 ans, mort dans un accident de la route à La Rochelle la semaine dernière, a fait ouvrir une enquête, accusant le convoi de François Hollande d’avoir causé l’accident mortel, rapporte Sud Ouest.

hollande-convoi

La victime, Marcel Briché, décédé le jeudi 10 novembre, entrait sur la rocade rochelaise lorsqu’un motard en uniforme vint à sa hauteur et lui ordonna de se ranger sur le côté. Le policier ouvrait le passage du convoi qui emmenait François Hollande aux Assises de l’économie de la mer, sur les deux voies de la rocade. Surpris, le conducteur, qui n’avait pas encore quitté la voie d’accélération, obéit mais vint s’encastrer dans une Mercedes devant lui.

« Les pompiers ont mis une heure et demie à le désincarcérer, mais mon père était conscient. Il a même demandé à l’un d’eux de prendre des photos avec son téléphone », a confié Thierry Briché, qui s’est rendu au commissariat de La Rochelle le lendemain de la mort de son père. Un extrait du procès-verbal fait bien mention du convoi présidentiel.

« Les circonstances m’ont été confirmées lundi par la brigade des accidents. En fait, la police n’était pas au courant du décès. La procédure habituelle veut qu’elle prenne des nouvelles d’une victime hospitalisée vingt-quatre heures après l’accident, si le pronostic vital n’est pas engagé. Or, il est mort quarante-huit heures après, alors que son état n’était pas jugé critique. À la suite de mon appel, une enquête a été ouverte. Nous avons rendez-vous jeudi matin avec l’officier de police judiciaire pour être entendus. »

La famille se réserve la possibilité d’engager une procédure en fonction des conclusions de l’enquête, si une faute est avérée. Pour le moment, elle veut simplement comprendre.

Le Figaro


Publicité

Laissez un commentaire

*