Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Libération : « La triste suprématie de l’homme blanc a porté le raciste Trump au pouvoir »

Libération : « La triste suprématie de l’homme blanc a porté le raciste Trump au pouvoir »

trump-photo

L’historien Vincent Lemire s’interroge sur la responsabilité de l’homme blanc dans le vote américain. A l’heure où l’on compte 3 femmes sur 57 noms dans la future administration du nouveau président, il est urgent de lutter contre la vague du masculinisme machiste.

Ce nouveau président est un homme blanc, misogyne, machiste, raciste, homophobe, sexiste, harceleur (au moins), prédateur sexuel vantard… entre autres qualités, il porte celles-là en étendard et il a été élu aussi pour cela. En se moquant de lui sur ces thématiques, on lui a évidemment fait la courte échelle, crétins qu’on est.

Toutes choses égales par ailleurs, c’est bien la triste suprématie de l’homme blanc qui a été porté au pouvoir par des hommes blancs, mardi dernier. Contre un homme noir (Obama) et contre une femme blanche (Clinton), et contre tous les «autres», latinos, homos, pédés, lesbiennes, asiats, minorités, mondialisés, déplacés…

Je ne suis pas seulement un homme blanc, je suis aussi: (plutôt) riche, diplômé, urbain, «de gauche»(?), anti-raciste, vaguement écolo, de culture «marxiste»(?), «humaniste(?),… «féministe». Oui, comme de nombreux hommes autour de moi, féministe, je le dis souvent, j’essaye de le vivre, tant bien que mal, je me sens féministe parce que je suis de ceux qui pensent que le féminisme est une lutte en cours, jamais gagné, et qu’elle libère les femmes (ou plutôt des femmes), mais aussi les hommes (ou plutôt des hommes), du machisme, du culte de la puissance, du patriarcat, etc. Je le pense vraiment, insuffisamment, mais vraiment, depuis longtemps.

Je propose donc une seconde réponse, moins facile, moins confortable, beaucoup moins évidente: il faut parler aux hommes blancs de ce qui leur fait peur (les femmes, les noirs, les homos, les femmes noires qui défendent les homos, Christiane Taubira).

Source: Libération

Publié le 17 novembre, 2016 dans Etats-Unis, Politique & Loi, Société & Culture.

Publicité

Commentaires (1)

 

  1. lyniss dit :

    quelle triste andouille…

Laissez un commentaire

*