Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

11 Septembre : le Sénat passe outre le veto d’Obama

11 Septembre : le Sénat passe outre le veto d’Obama

La chambre haute, à majorité républicaine, autorise donc les proches des victimes de l’attentat terroriste du 11 Septembre à poursuivre l’Arabie saoudite.

obama-arabie

Un camouflet pour Barack Obama. À une large majorité, le Sénat américain a voté mercredi pour passer outre un veto de Barack Obama, que le président avait mis contre une loi autorisant les proches des victimes du 11 Septembre à poursuivre l’Arabie saoudite, une première depuis son arrivée au pouvoir en 2008. La Chambre haute, à majorité républicaine, a voté presque à l’unanimité pour faire passer ce texte, qui devrait à présent être également accepté sans problèmes par la Chambre des représentants. Les sénateurs ont voté à 97 voix pour passer outre le veto du président, contre une seule voix allant dans le sens de Barack Obama, celle de Harry Reid, chef de la minorité démocrate au Sénat.

Ce rare vote bi-partisan est un camouflet pour le président américain, qui n’avait jamais vu un de ses veto révoqués, malgré la domination de ses adversaires républicains au Congrès. Il a usé de son droit de veto à 12 reprises depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Tout en exprimant sa « profonde sympathie » pour les victimes et affirmant comprendre leur « désir de justice », le président américain avait souligné en mettant son veto que cette loi « aurait un impact néfaste sur la sécurité nationale des États-Unis ».

Crainte d’un effet boomerang

La Maison-Blanche estimait que le texte affaiblirait le principe d’immunité qui protège les États (et leurs diplomates) de poursuites judiciaires et risquait, par un effet boomerang, d’exposer les États-Unis à des poursuites devant divers tribunaux à travers le monde. Ce texte « ne protégera pas les Américains d’attaques terroristes et n’améliorera pas non plus l’efficacité de notre réponse en cas de telles attaques », a souligné Barack Obama dans une lettre adressée aux chefs démocrates et républicains du Sénat.

Le directeur de la CIA John Brennan a aussi fait part de sa forte opposition au texte : celui-ci « aura de graves implications sur la sécurité nationale des États-Unis », et aura des conséquences pour « les employés du gouvernement qui travaillent à l’étranger pour leur pays ». Mais les défenseurs du « Justice Against Sponsors of Terrorism Act » insistent sur la nécessité pour les victimes des attentats du 11 Septembre de pouvoir réclamer justice. Ils estiment que l’opposition de l’administration Obama est avant tout liée à la crainte de provoquer la colère de Riyad. Quinze des 19 auteurs des attentats du 11 Septembre étaient des Saoudiens mais l’implication de l’Arabie saoudite, alliée des États-Unis, n’a jamais été démontrée.

Source: Le Point


Publié le 29 septembre, 2016 dans 11 Septembre 2001, Etats-Unis, Politique & Loi.

Laissez un commentaire