Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Prouvé par la Science: nous héritons de l’intelligence de notre mère

Prouvé par la Science: nous héritons de l’intelligence de notre mère

maman-2

Si vous êtes brillant, alors vous devriez remercier votre mère. Des recherches montrent que ce sont les mères qui sont responsables de la transmission des gènes de l’intelligence. Cela signifie peut-être enfin la fin de nombreuses années de stéréotypes sexistes.

Cette idée provient de ce qu’on appelle « les gènes conditionnés ». Ces gènes agissent différemment selon leur disposition initiale. Ce qui est intéressant, c’est que certains des gènes qui sont concernés ne fonctionnent que s’ils viennent de la mère. Par exemple, si ce même gène vient du père, alors il est désactivé. Cette même vérité s’applique pour le contraire ; certains gènes ne sont activés que s’ils viennent du père.

Les gènes de notre mère vont directement au cortex cérébral, ceux de notre père vont au système limbique.

L’intelligence peut avoir des composants héréditaires, nous le savons. Cependant, il y a de cela quelques années, nous avons découvert que la plupart dépendaient du père et de la mère. Récemment, plusieurs études ont montré que les enfants sont plus susceptibles d’obtenir leur intelligence de leur mère, car les gènes liés à l’intelligence se trouvent dans le chromosome X.

Une première étude importante dans ce domaine a eu lieu en 1984, à l’Université de Cambridge. L’étude a fait des recherches sur « la co-évolution du cerveau et le conditionnement du génome, pour conclure que ce sont les gènes maternels qui contribuent le plus au développement des centres de pensée dans le cerveau. »

Des chercheurs ont créé en laboratoire des embryons de rats spéciaux qui avaient seulement le matériel génétique de la mère ou du père. Mais quand le moment est venu de transférer les embryons dans l’utérus d’une autre ratte, ils sont morts. Ainsi, l’étude a révélé qu’il y a des gènes conditionnés uniquement s’ils sont activés quand ils sont hérités de la mère, tout en étant essentiels pour le bon développement de l’embryon. Inversement, le patrimoine génétique du père est essentiel pour le développement du tissu qui formera le placenta.

maman

Nouvelles études, nouvelles lumières

Comme il s’agit d’une théorie intéressante, les scientifiques ont continué à l’étudier. Robert Lehrke fait partie de ceux qui ont toujours été fascinés. Il a révélé que l’intelligence de la plupart des enfants dépend du chromosome X, et il a également découvert que comme les femmes ont deux chromosomes X , elles ont « deux fois plus de chances d’hériter des caractéristiques liées à l’intelligence. »

L’un des résultats les plus fascinants de cette théorie provient certainement d’une étude menée par le Medical Research Council Social and Public Health Sciences Unit aux États-Unis. Chaque année, depuis 1994, ils ont interrogé 12 686 jeunes adultes âgés de 14 à 22 ans. Les chercheurs ont pris en compte plusieurs variables, de la couleur de la peau, au niveau de l’éducation, au statut socio-économique. Grâce à cette méthode d’étude, ils ont constaté que la meilleure façon de prédire l’intelligence de quelqu’un, était de regarder le QI de la mère. Ce qui est encore plus intéressant, c’est que le rapport de l’intelligence des jeunes par rapport à leur mère était en moyenne seulement de 15 points.

Intelligence héréditaire

40 à 60% de l’intelligence vient de nos parents. Ainsi, le pourcentage restant dépendra de notre environnement et de notre stimulation. En fait, ce que nous appelons «l’intelligence» est simplement la capacité de résoudre des problèmes. Mais même pour résoudre un problème simple, il faut que notre système limbique fonctionne. Par conséquent, même si l’intelligence est étroitement liée à la fonction de la pensée rationnelle, elle est également influencée par des instincts qui viennent généralement du père.

De plus, il ne faut pas oublier de continuer à stimuler l’intelligence d’un enfant, même s’il a un QI élevé. Nourrissez son intelligence au cours de sa vie en lui proposant de nouveaux défis, et présentez-lui en permanence des opportunités. Sans ces outils, son intelligence peut se dissiper.

Si nous allons au-delà de ce que la science déclare concernant notre génétique, les pères ne devraient pas être découragés. Ils contribuent beaucoup au développement de leurs enfants, surtout quand ils sont émotionnellement présents. « Le QI avec lequel nous sommes nés est important, mais pas décisif. »

Sources:
Luby, J. L. et. Al. (2012) Maternal support in early childhood predicts larger hippocampal volumes at school age. Journal of Proceedings of the National Academy of Sciences; 109(8): 2854–2859.
Der, G. et. Al. (2006) Effect of breast feeding on intelligence in children: prospective study, sibling pairs analysis, and meta-analysis. BMJ; 333(7575): 945.
Keverne, E. B.; Surani, M. A. et. Al. (2004) Coadaptation in mother and infant regulated by a paternally expressed imprinted gene. Proc Biol Sci.; 271(1545): 1303–1309.
Zechner, U. et. Al. (2001) A high density of X-linked genes for general cognitive ability: a run-away process shaping human evolution? Trends Genet; 17(12): 697-701.
Gécz, J. & Mulley, J. (2000) Genes for Cognitive Function: Developments on the X. Genome Res; 10: 157-163.
Vines, G. (1997) Mamá, gracias por la inteligencia. El Mundo; 253.
Keverne, E. B.; Surani, M. A. et. Al. (1996) Genomic imprinting and the differential roles of parental genomes in brain development. Brain Res Dev Brain Res; 92(1): 91-100.
Keverne, E. B. et. Al. (1996) Primate brain evolution, genetic and functional considerations. Proc. R. Soc. Lond. (Biol); 264: 1-8.
Allen, N. D. et. Al. (1995) Distribution of parthenogenetic cells in the mouse brain and their influence on brain development and behavior. Proc Natl Acad Sci U S A. ; 92(23): 10782–10786.
Surani, M. A.; S. C. Barton & M. L. Norris. (1984) Development of reconstituted mouse eggs suggests imprinting of the genome during gametogenesis. Nature; 308: 548–550.
McGrath, J. & Solter, D. (1984) Completion of mouse embryogenesis requires both the maternal and paternal genomes. Cell; 37(1): 179-183.
Barton, S. C.; Surani, M. A. & Norris, M. L. (1984) Role of paternal and maternal genomes in mouse development. Nature; 311:374-376.
Matas, L.; Arend, R. A. & Sroufe, L. A. (1978) Continuity of adaptation in the second year The relationship between quahty of attachment and later competence. Child Development; 49: 547-556.
Lehrke R. (1972) A theory of X-linkage of major intellectual traits. Am J Ment Defic; 76: 611-619.

Source

Publié le 20 septembre, 2016 dans Science, Société & Culture.

Publicité

Laissez un commentaire

*