Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Un franc-maçon joue les «Madoff» et arnaque ses «frères» toulousains

Un franc-maçon joue les «Madoff» et arnaque ses «frères» toulousains

L’affaire secoue le milieu maçonnique de la région de Toulouse (Haute-Garonne). Un franc-maçon, courtier en assurances, est accusé d’avoir escroqué une centaine de personnes pour un préjudice de 10 millions d’euros.

fm-illus

Selon la Dépêche, Christian Loubersanes, grand maître provincial de la Grande loge régulière de France (GLRF), qui compte environ 150 membres dans la région toulousaine, est écroué depuis juillet 2016. Il est soupçonné d’être à l’origine d’une escroquerie financière portant sur des supposées souscriptions frauduleuses aux assurances vie. Des «frères» de sa loge figurent parmi ses victimes. Mais l’organisation n’est pas en cause dans l’affaire.

Christian Loubersanes aurait proposé à des retraités de souscrire à des assurances vie par le biais, ce qu’ils ignoraient, de contrats frauduleux pour une rentabilité estimée à 9%. Mais les sommes versées transitaient sur le compte de deux sociétés et sur les comptes personnels du franc-maçon.

Certains ont perdu jusqu’à 400 000 euros

Selon le principe de la cavalerie financière (utilisée par le célèbre escroc Bernard Madoff) , les premiers clients ont reçu un début de remboursement grâce à l’apport des seconds investisseurs, mais les derniers clients de la chaîne ont, eux, tout perdu. Certains jusqu’à 400 000 €. Les gendarmes de la division financière de la section de recherche de Toulouse tentent d’identifier de nouvelles victimes.

Le Parisien


Publicité

Laissez un commentaire