Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Algérie : Slimane Bouhafs, un chrétien condamné à 3 ans de prison ferme pour « atteinte à l’islam » sur Facebook

Algérie : Slimane Bouhafs, un chrétien condamné à 3 ans de prison ferme pour « atteinte à l’islam » sur Facebook

Lourde condamnation en appel pour Slimane Bouhafs, un Algérien de confession chrétienne, accusé « d’atteinte à l’islam ». Ce mardi, il a écopé de 3 ans de prison ferme.

slim

Slimane Bouhafs, ancien policier et converti au christianisme depuis 1997, vient d’être condamné, ce mardi 6 septembre, à 3 ans de prison ferme par la Cour de Sétif, à 270 km à l’est d’Alger, où s’est tenu la semaine dernière son procès en appel. Un verdict jugé « extrêmement sévère » par les membres de sa famille, ses avocats et les militants des droits de l’homme qui s’étaient solidarisés avec lui.

Dans un communiqué publié lundi 5 septembre, la Ligue algérienne des droits de l’homme (LADDH), avait d’ailleurs demandé sa libération en arguant que « Slimane Bouhafs n’a fait qu’exprimer son opinion d’appartenir à un autre culte religieux », rappelant, au passage, que « la liberté de culte est reconnue par la Constitution algérienne et garantie par les conventions internationales relatives aux droits de l’homme ratifiées par l’Algérie ».

Atteinte à la liberté d’opinion et de culte

Condamné en première instance à 5 ans de prison ferme et à 100 000 dinars d’amende pour « atteinte à l’islam et au prophète Mohamed », sur la foi de publications postées sur sa page Facebook, les magistrats en charge de l’affaire n’ont finalement retenu que les circonstances atténuantes alors que ses avocats avaient plaidé pour l’annulation pure et simple des charges retenues contre lui en raison des « très nombreuses irrégularités et vices de forme de l’arrestation puis du jugement en première instance, le 31 juillet dernier, au tribunal de Beni Ouartilane ». […]

Jeune Afrique


Publicité
Publié le 7 septembre, 2016 dans Islam, Justice & Forces de l'ordre, Maghreb.

Laissez un commentaire