Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Libre-échange transatlantique : la classe dirigeante met le dossier sous le boisseau d’ici les élections

Libre-échange transatlantique : la classe dirigeante met le dossier sous le boisseau d’ici les élections

Le gouvernement Français vient de demander l’arrêt des discussions que l’UE conduit avec les États-Unis en vue de conclure un traité de libre-échange transatlantique. Afin de développer les échanges entre les deux ensembles économiques, ce projet de traité a pour objet d’harmoniser leurs normes respectives (normes sanitaires, environnementales…) et d’éliminer celles qui ont en réalité un objectif protectionniste.

stop-tafta

Les opposants à ce traité craignent notamment que les nouvelles normes soient défavorables à l’environnement et à la santé du consommateur et autorisent des pratiques jusqu’ici proscrites en Europe (par exemple dans le domaine des aliments OGM).

L’édito du Monde, le journal de la classe dominante, explique comment il faut interpréter cette demande du gouvernement Français. La classe dirigeante française ayant bien conscience que la majorité de l’opinion est hostile au développement de la mondialisation et du libre-échange, elle veut faire en sorte que le dossier soit mis de côté à l’approche des présidentielles… avant bien entendu d’être ré-ouvert ensuite.

Le Monde prévient en effet que « dans le paysage économique de l’avenir, le vieux remède protectionniste ne servirait à rien ». Mais pour que la mondialisation soit « mieux tolérée par les opinions », le journal estime que « l’État-providence doit s’adapter pour secourir ceux que la mondialisation malmène » et « protège les hommes et les femmes qu’elle marginalise ».

La mondialisation fait exploser les gains des propriétaires des entreprises grâce en particulier aux délocalisations, qui ont diminué considérablement les coûts salariaux. La classe dirigeante veut confier à l’État, c’est-à-dire aux contribuables, le soin de prendre en charge les dégâts sociaux que la mondialisation provoque en Europe, le chômage massif en particulier. Il s’agit là d’appliquer l’un des principes centraux du capitalisme : privatisation des profits et socialisation des pertes.

Il y a lieu de remercier Le Monde, et ses propriétaires du CAC 40, de se montrer aussi clairs dans l’exposition de la stratégie que l’oligarchie met en œuvre à nos dépens. […]

Suite et commentaires sur le blog de Paysan Savoyard


Publié le 4 septembre, 2016 dans Etats-Unis, Europe & UE, Marché Transatlantique, Politique & Loi.

Laissez un commentaire