Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

«S’ils résistent, tuez-les» : déjà 1 900 morts dans l’épuration antidrogue aux Philippines

«S’ils résistent, tuez-les» : déjà 1 900 morts dans l’épuration antidrogue aux Philippines

phil

Depuis sa prise de fonction le 30 juin, le président Rodrigo Duterte enchaîne polémiques et prises de décisions excessives qui inquiètent les Philippins et la communauté internationale.

Rodrigo Duterte, l’avocat de 71 ans élu en mai à la tête des Philippines fait à nouveau parler de lui. Son obsession de «purifier» son pays des drogues illicites, cheval de bataille de sa campagne présidentielle, continue de plus belle. La police a reconnu lundi que 1 900 personnes soupçonnées de consommer ou de vendre de la drogue avaient été abattues par les forces de l’ordre ou des milices citoyennes. Une annonce qui intervient après la hausse, la semaine dernière, de 24,6% du budget de la police et de l’armée pour 2017, destinée à recruter plus de policiers, à augmenter leurs salaires et à renforcer leur stock d’armes.

Tuer ou évincer les personnes associées au narcotrafic

Le projet de Duterte de tuer 100 000 criminels et d’en finir avec le trafic de drogue en six mois prévoyait nécessairement de gonfler les pouvoirs attribués à la police. Dès sa campagne, en même temps qu’il assurait vouloir garantir le droit à des procédures judiciaires équitables, le futur président n’hésitait pas à appeler au meurtre. «Les trafiquants de drogue, les kidnappeurs, les voleurs, trouvez-les tous et arrêtez-les. S’ils résistent, tuez-les tous», a-t-il déclaré lors de meetings. Il avait aussi annoncé un retour de la peine de mort, abolie en 2006 aux Philippines. Mais ces incitations à l’homicide la rendent aujourd’hui effective au-delà des cadres légaux. Le 16 mai, sept jours après son élection, il avait appelé à «tirer pour tuer», et avait même avoué une préférence pour la pendaison publique, afin «de ne pas gaspiller de balles». Et d’ajouter le 6 août : «Croyez-moi, je n’en ai rien à faire, des droits de l’homme.»

Sur les quelque 1 900 dealers ou consommateurs abattus, 750 l’ont été par la police dans des opérations antidrogue et environ 1 100 ont été victimes «d’assaillants non identifiés» a précisé le chef de la police Ronald dela Rosa. Dans cette guerre meurtrière contre la criminalité, beaucoup de Philippins ont décidé de fuir leur pays et 500 000 personnes se seraient rendues à la police pour échapper au meurtre.

[…]

Libération.fr, le 24 août 2016

Publié le 26 août, 2016 dans Justice & Forces de l'ordre, Monde, Politique & Loi.

Publicité

Laissez un commentaire

*