Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Terrorisme : les 13-14 ans des quartiers, ces « bombes à retardement »

Terrorisme : les 13-14 ans des quartiers, ces « bombes à retardement »

Nadia Remadna lutte contre le radicalisme religieux chez les jeunes des quartiers. Ce qui lui fait peur désormais : les « 13-14 ans » qui arrivent…

13-14

« Aujourd’hui le religieux est partout ». Vendredi matin, au micro d’Europe 1, Nadia Remadna ne mâche pas ses mots, et elle sait parfaitement de quoi elle parle. La présidente de l’association La Brigade des mères lutte depuis 2014 contre la montée des extrémismes religieux. Dans son quartier de Sevran, en Seine-Saint-Denis, elle essaie d’apporter son soutien aux familles dont les enfants se radicalisent. Mais, impuissante, elle assiste au fléau qui se métastase. Car, malgré ses nombreux avertissements, son combat reste ignoré : « Cela fait des années que j’alerte. Mais le problème quand on alerte, c’est qu’on nous dit que le salafisme n’est pas un délit. »

Cours d’arabe ou cours coraniques ?

Pourtant, dans les quartiers difficiles, le salafisme se joue au quotidien. Le visage à peine masqué, il a progressé et s’est enraciné sans qu’aucun responsable politique ne s’en soit soucié, juge-t-elle, elle qui est en première ligne pour en constater l’avancée. « Très pessimiste », elle regrette avant tout ce manque de prise en considération des foyers de radicalisation qui laisse présager le pire : « Aujourd’hui ce qui me fait peur, ce sont ceux de 13-14 ans qui arrivent. Ce sont des bombes à retardement, puisqu’on n’a rien à côté. »

(…) Le Point

Publié le 30 juillet, 2016 dans France, Jeunesse, Terrorisme.

Publicité

Laissez un commentaire

*