Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

François Hollande paye son coiffeur 9895 euros brut tous les mois pour qu’il garde le silence

François Hollande paye son coiffeur 9895 euros brut tous les mois pour qu’il garde le silence

hollande

Un coiffeur est affecté à la chevelure présidentielle depuis mai 2012 pour 9 895 euros de salaire brut mensuel, écrit Le Canard enchaîné dans son numéro à paraître mercredi.

Le contrat de travail d’Olivier B., « coiffeur personnel du chef de l’État », a été signé le 16 mai 2012 par la directrice de cabinet de l’Élysée à l’époque, Sylvie Hubac, précise l’hebdomadaire.

Une rémunération de 593?700 euros en 5 ans

Ce contrat indique qu’Olivier B. est « recruté en qualité d’agent contractuel (…) pour la durée du mandat présidentiel en cours », poursuit Le Canard, selon lequel son « CDD de cinq ans lui vaut une rémunération brute cumulée de 593?700 euros ». Ces émoluments s’accompagnent « d’éventuelles indemnités de résidence et autres avantages familiaux », ajoute l’hebdomadaire.

« Le secret le plus absolu sur les renseignements recueillis »

L’Élysée n’était pas joignable dans l’immédiat mardi soir pour réagir à ces informations, mais l’hebdomadaire satirique assure que « l’Élysée confirme sur toute la ligne ». Le Canard enchaîné précise également qu’Olivier B. doit être totalement disponible et suit le président dans la plupart de ses déplacements. Le Canard cite même l’article 5 de son contrat de travail, où « M. B. s’engage à observer, pendant et après l’expiration de son contrat, le secret le plus absolu sur les travaux qu’il aura effectués ou les renseignements qu’il aura recueillis ».

Source


Publicité
Publié le 13 juillet, 2016 dans France, François Hollande, La Bourse & L'Economie.

Laissez un commentaire