Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Brexit: Non, il n’y aura pas de deuxième référendum

Brexit: Non, il n’y aura pas de deuxième référendum

Dans une interview, le ministre britannique des Affaires européennes David Lidington a exclu la tenue d’un deuxième référendum sur le Brexit.

ministre-uk-eu

«En démocratie, il fallait respecter les résultats des consultations», a déclaré David Lidington dans une interview parue mardi dans le quotidien conservateur polonais Rzeczpospolita (…) Je ne pense pas que cela soit correct (répéter le référendum – ndlr). En démocratie, il faut respecter les résultats des élections et s’y soumettre», a déclaré M. Lidington, qui a participé lundi à Varsovie à une rencontre de ministres des Affaires étrangères et hauts responsables de dix pays de l’UE organisée à l’initiative du chef de la diplomatie polonaise.

Lidington a aussi souligné que «la participation au référendum a été très forte, plus de 72% des électeurs, soit plus qu’aux dernières élections parlementaires». Lundi, le chef du parti Droit et Justice (PiS, conservateur) au pouvoir en Pologne Jaroslaw Kaczynski, a souhaité une deuxième consultation. «Notre conception, celle pour aujourd’hui, pas pour l’avenir, prévoit des efforts pour que la Grande-Bretagne retourne dans l’Union, pour qu’il y ait un deuxième référendum. Une telle tendance existe en Grande-Bretagne», a dit M. Kaczynski à des journalistes à Bialystok, selon l’agence PAP.

Interrogé sur la sortie de l’Ecosse du Royaume Uni, M. Lidington a déclaré que l’éclatement du Royaume Uni «serait une tragédie». «La sortie de l’Ecosse pourrait avoir des conséquences économiques graves» et «son adhésion rapide à l’UE» n’est pas garantie. La Première ministre écossaise «se trompe» aussi en pensant que le parlement écossais dispose d’un droit de veto sur le vote du 23 juin, a encore déclaré Lidington. La Première ministre écossaise et patronne du Parti nationaliste écossais (SNP) Nicola Sturgeon a suggéré que le parlement écossais avait le droit de veto pour rejeter les résultats du référendum.

L’essentiel


Publié le 28 juin, 2016 dans Europe & UE, Grande-Bretagne, Politique & Loi.

Laissez un commentaire