Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

À peine lancé, le Facebook nord-coréen piraté par un adolescent

À peine lancé, le Facebook nord-coréen piraté par un adolescent

Un jeune Écossais de 18 ans a facilement deviné les codes pour accéder à l’interface du site lancé il y a quelques jours en Corée du Nord.

internet-coree-nord

En Corée du Nord, le clone de Facebook n’aura duré que quelques jours. Découvert la semaine dernière par un employé de Dyn Research, une entreprise américaine spécialisée dans la performance sur Internet, le site a été hacké par un Écossais âgé de 18 ans.

Comme le relaie The Independent, Andrew McKean n’a pas mis très longtemps à trouver les codes lui permettant de prendre les rênes du site baptisé StarCon et hébergé sur des serveurs basés en Corée du Nord. Ceux-ci n’avaient en effet pas été changés par rapport au site qui avait servi de modèle, et le jeune homme n’a eu qu’à rentrer « admin » et « password » dans les champs correspondant à l’identifiant et au mot de passe.

Faux profils

« Euh, je n’ai pas créé ce site, j’ai juste trouvé le login », s’est alors empressé de taper Andrew McKean, avant de publier un lien vers son compte Twitter. Si l’étudiant comptait ensuite rediriger le site vers une page anti-Corée du Nord, il n’en a pas eu le temps, le site ayant été mis hors ligne.
Alors que l’Écossais est le seul à avoir pu accéder à l’interface d’administration, d’autres internautes se sont amusés à créer de faux profils, notamment du dictateur Kim Jong-un, après la découverte du site.

Peu d’internautes

Le lancement d’un clone de Faceboook nord-coréen a de quoi interpeller, le pays ne comprenant que très peu d’internautes et de nombreux sites bloqués. Un mystère entoure donc le site, notamment en ce qui concerne l’identité du fondateur mais aussi ses motivations. Certains, comme le site Motherboard, se demandent ainsi si le site n’a pas été lancé par Pyongyang, qui aurait souhaité tester l’utilisation d’un réseau social dans le pays.

L’extension du site pourrait corroborer cette idée. Comme l’explique le média américain Mashable, si le nom du site starcon.net rappelle grandement le nom de l’entreprise sud-coréenne Starcon, qui aide les start-up à lancer leur site, l’extension du site .kp renvoie en effet vers la Corée du Nord. Une chose très rare, la plupart des sites nord-coréens étant hébergés en Chine.

Source: Le Point

Publié le 2 juin, 2016 dans Corée du Nord, Cyber Guerre, Internet.

Publicité

Laissez un commentaire