Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Des scientifiques ont réussi à recréer un embryon de Tyrannosaurus rex avec de l’ADN de poulet

Des scientifiques ont réussi à recréer un embryon de Tyrannosaurus rex avec de l’ADN de poulet

t-rex-embryon

Un échantillon d’ADN de 68 millions d’années récupéré à partir des cellules de tissus mous trouvés dans un fossile de Tyrannosaurus rex, a conduit les chercheurs de l’Université d’État de la Caroline du Nord à produire le premier embryon de dinosaure vivant depuis des millions d’années.

L’ADN de l’utérus du Tyrannosaurus rex, qui a été conservé et est dans un « état remarquable » selon les experts, a été introduit dans les cellules de la peau d’un poulet, un parent moderne du Tyrannosaurus rex.

« Nous imaginons souvent le T-Rex comme un grand reptile bipède proche du crocodile, mais en fait, ses parents modernes les plus proches sont les oiseaux et le T-Rex était en fait l’équivalent d’un poulet de dinosaure », explique Linda Rushmore, chercheuse au North Carolina Museum of Paleontology Research Lab des sciences naturelles.

« La similitude des deux ADN nous a effectivement surpris au premier abord et nous sommes extrêmement enthousiastes à propos des résultats positifs et de la croissance de l’embryon », ajoute-t-elle.

adn-t-rex

Un poulet-dinosaure hybride

L’embryon vivant est pas un dinosaure à 100%, mais plutôt un hybride génétiquement modifié entre un Rex Tyrannosaurus et un poulet, explique Helmut Hans Fraser, un biologiste moléculaire à l’Université d’État de la Caroline du Nord.

« Il est impossible de recréer un dinosaure vivant à partir de ces échantillons limités d’ADN, mais nous avons réussi à introduire cet ADN dans les cellules de la peau d’un poulet vivant, de sorte que les résultats de cet embryon, s’il vient à terme et finalement survit à sa propre naissance et ne présente pas de défauts biologiques, seront une surprise totale. Nous ne savons pas à quoi nous attendre du tout », explique le professeur assistant de recherche des sciences en biologie moléculaire. « Nous avons remarqué que l’embryon se développe à des taux anormaux contrairement à un embryon de poulet ordinaire. Il est actuellement soixante-cinq fois plus grand que la taille d’un embryon de poulet en à peine après trois jours, mais sa croissance semble exponentielle, ce qui est clairement fascinant », admet-il, visiblement enthousiasmé par la découverte.

Un débat éthique

Bien que de nombreux scientifiques ont perçu les nouvelles comme une avancée positive pour la science, certains experts estiment que l’expérience est « contraire à l’éthique et peut-être dangereuse. »

jacques-clement « Qui ne voudrait pas, en possession de toutes ses facultés de raisonnement, ramener à la vie une grande créature de 4 mètres pesant environ 8 tonnes? », se demande le bioéthicien français, Jacques Clément, diplômé de l’Université de Versailles à Paris. « Il existe déjà un consensus que les aliments OGM peuvent causer des dommages à l’ADN humain, et maintenant, nous créons une créature de Frankenstein à partir d’ADN de dinosaure? Si les extraterrestres nous regardent en ce moment, ils doivent hocher la tête en signe d’incrédulité », dit-il avec humour. « Que se passera-t-il si jamais cette espèce se croise avec des poulets modernes? Cela pourrait changer l’ADN de nos poulets modernes à jamais comme pour les plantes millénaires qui ont été ruinées par des manipulations génétiques », ajoute-il en guise d’avertissement.

La firme de recherche génétique intéresse fortement la Fondation Rockefeller, qui souhaiterait racheter les différents brevets qui ont permis cette percée scientifique.

Source: WNDR


Publicité
Publié le 17 avril, 2016 dans Archéologie, Génétique, OGM, Science.

Commentaires (1)

 

  1. purgiste dit :

    C’est peut être pas plus mal d’ avoir un t-rex si cela pouvait purgé un maximum d’ humain, presque naturellement, enfin après le chaos une foi toute technologie et installation morte.
    Welcom to Jurassic Park

Laissez un commentaire